13/10/2014

Hamilton gagne en Russie et Mercedes remporte les titres des constructeurs

Au terme du premier Grand-Prix de Russie de l’histoire disputée autour du complexe des Jeux Olympiques de Sotchi, l’équipe Mercedes pouvait avoir le sourire, puisqu’elle fêtait non seulement le 8ème doublé de la saison, mais aussi le gain du titre de champion des constructeurs.

 

Dominatrice depuis les essais du vendredi, la marque allemande n’a pas laissé passer l’occasion de classer l’affaire devant le public Russe, alors qu’il reste encore 3 Grand-Prix à disputer. Si pour Hamilton cette course fut presque une promenade de santé, il en a été tout autre pour Nico Rosberg. L’Allemand qui partait 2ème sur la grille de départ a tout tenté au premier virage pour prendre la tête devant son coéquipier. Il y parviendra finalement, non sans détruire son pneu avant droit, l’obligeant à rentrer au stand dès le premier tour pour chausser des pneus neufs qu’il gardera jusqu’à a fin de la course pour finalement remonter jusqu’à la 2ème place. Il réussit donc une fantastique remontée et l’exploit de faire à un tour près le Grand-Prix avec un seul train de pneumatiques. Belle performance, mais pas assez pour faire trembler Hamilton, désormais largement installé en tête du championnat avec 17 points d’avance et auteur d’une course solide. Hamilton et toute l’équipe étaient donc logiquement tout sourire ce soir dans le paddock.   

F1+Grand+Prix+of+Russia+OvA4mQhhKGgx.jpg

En ce qui concerne le reste de la course, avouons-le tout de suite, elle ne fut ni folle ni passionnante. En dehors de l’omniprésence de Vladimir Poutine dans les tribunes et sur le podium, le public a eu droit à peu de dépassements et une fois n’est pas coutume, peu d’arrêts aux stands également, la plupart des pilotes privilégiant une stratégie à un seul arrêt. Valtteri Bottas (Williams-Mercedes) termine 3ème avec le meilleur tour en course devant Button et Magnussen, confirmant la bonne santé des moteurs Mercedes. Avec ces 4ème et 5ème places, McLaren remonte ainsi à la 5ème place provisoire du championnat constructeur. Dure journée en revanche pour Red Bull qui voit ses deux pilotes terminer 7ème et 8ème derrière Fernando Alonso. Les 3 hommes se sont longtemps battus entre eux sans pouvoir revenir sur le peloton de tête, n’étant pas assez rapides tout au long de la course.

F1+Grand+Prix+of+Russia+Gz9RRA-fd4ax.jpg


Quant aux Sauber, elles ont une fois de nouveau terminé loin des points et de la tête de la course. Sutil auteur d’une course très discrète mis à part son accrochage avec le Franco-Genevois Romain Grosjean (Lotus-Renault) termine 16
ème derrière son coéquipier Gutierrez 15ème. Le Mexicain a lui été un peu plus convaincant, réalisant un long premier relais et pointant à la 9ème place à la mi-course. Malheureusement pour lui, l’arrivée d’une éventuelle Safety Car ne se fit jamais et il rétrograda après son arrêt au stand. Grosjean terminé lui au 17ème rang après une pénalité pour son accrochage.

 

arton36778.jpg

Enfin n’oublions pas Jules Bianchi, pour qui les pilotes se sont réunis 10 minutes avant la course, formant un cercle et avec un message de soutien au pilote Français. Jean Todt a également participé au rassemblement. Espérons que nous aurons de bonnes nouvelles du pilote Marussia d’ici peu. Prochaine course le 2 novembre à Austin pour le Grand-Prix des Etats-Unis qui devrait confirmer ou non l’avantage de Lewis Hamilton au championnat du monde des pilotes.

GP de Russie

 PiloteEcurieEcartPts
01   L. Hamilton   Mercedes 53 tours 25
02   N. Rosberg   Mercedes +13.6 18
03   V. Bottas   Williams +17.4 15
04   J. Button   McLaren +30.2 12
05   K. Magnussen   McLaren +53.6 10
06   F. Alonso   Ferrari +60.0 8
07   D. Ricciardo   Red Bull +61.8 6
08   S. Vettel   Red Bull +66.1 4
09   K. Räikkönen   Ferrari +78.8 2
10   S. Pérez   Force India +80.0 1

 

22/09/2014

Lewis Hamilton reprend le pouvoir à Singapour : Une course de champion

En s’élançant de la pole-position, Lewis Hamilton pensait avoir fait une bonne partie du travail pour la course de ce dimanche. Cela se vérifia déjà avant le premier virage, puisque Nico Rosberg en proie à des soucis techniques devait lancer sa course depuis les stands. L’Allemand battu avant de pouvoir commencer le combat sera en proie à des problèmes de hardware et de changements de vitesses pendant toute sa course. Incapable de dépasser la Caterham de Marcus Ericsson à la régulière, il abandonnera au 15ème tour.
Pendant ce temps, Hamilton s’était échappé devant Vettel, Alonso et Ricciardo qui se battaient eux pour la 2ème place.

Hamilton s'impose à Singapour, Rosberg abandone, Mercedes s'impose, abandon pour Sauber, Hamilton, Sauber

Le premier changement de pneumatiques ne donnant rien, il faudra attendre le 31ème tour et une touchette entre Sutil et Pérez pour que l’arrivé de la Safety Car relance un peu une course assez monotone jusque-là. Au nouveau départ lancé, Hamilton gérait la situation d’une main de maître et tenait à distance les deux Red Bull de Vettel et Ricciardo (l’Australien étant passé devant Fernando Alonso). Un peu plus derrière, les Williams, Button et Raikkonnen se battaient pour les points importants.

Finalement à 10 tours de la fin, le public et les téléspectateurs eurent enfin droit à un petit peu de suspens, puisque Lewis Hamilton en personne jugea que ses gommes n’étaient plus assez performances pour terminer la course et préféra refaire un arrêt aux stands pour chausser de nouveaux pneumatiques. Ressortant alors juste derrière Vettel mais devant Ricciardo, il ne faudra alors à peine plus de deux tours au Britannique pour reprendre la tête et ne plus la lâcher avant la fin. Une gestion de champion, une course de champion et une réaction de champion après sa désillusion de Spa-Francorchamps. De plus, il reprend la tête au classement du championnat du monde à Nico Rosberg avec 3 points d’avance.

Hamilton s'impose à Singapour, Rosberg abandone, Mercedes s'impose, abandon pour Sauber, Hamilton, Sauber

Quant aux Sauber, elles ont à nouveau connues une journée noire, comme la colère noire de Gutierrez dans les stands après son abandon sur problème hydraulique après moins de 30 tours. « Il n’y a pas grand-chose à dire sur cette course il est pratiquement impossible de signer un bon résultat à l’heure actuelle. Il faut tirer 120% de ce que nous avons, mais lorsqu’il y a des soucis techniques, cela complique vraiment » déclare Esteban Gutiérrez.
Le Mexicain sera d’ailleurs rejoint par Sutil au 41ème tour, qui après une touchette avec Pérez et une manœuvre limite face à Bianchi immobilisera sa voiture sur problème électrique. Sans résultats, sans performances et sans fiabilité, Sauber aura bientôt besoin d’un miracle pour terminer la saison positivement et assurer sa survie pour les saisons suivantes.
Le prochain GP le 5 octobre sur le circuit de Suzuka tiendra donc toutes ses promesses.

29/08/2014

McLaren à la recherche d’un pilote de grosse envergure pour 2015 ou 2016

Alors que nous évoquions fin juillet l’état des transferts pour la saison prochaine, revenons spécifiquement sur le cas McLaren-Honda.  En effet, avec l’arrivé du motoriste Japonais, Ron Dennis et son équipe se doivent de trouver un « top pilote » tant au niveau sportif que marketing.
 
Malheureusement pour lui, Jenson Button ne semble plus être dans les plans de l’écurie de Woking, et sa seule chance de courir encore l’année prochaine serait que les Britanniques ne parviennent pas à dénicher un gros poisson pour la saison 2015 mais seulement pour 2016. Ainsi, cela lui permettrait de prolonger son contrat et son aventure en Formule 1 d’un an. Car toutes les autres pistes semblent bouchées. Aussi bien pour lui que pour McLaren.

En effet, toutes les écuries ont presque confirmés ou prolongés leurs pilotes pour l’an prochain et il n’y a guère que Romain Grosjean qui bénéfice du soutien d’Eric Bouiller chez McLaren pour prendre la place de Button. Les deux Français parviendront-ils à convaincre Ron Dennis du bien fondé de cet éventuel transfert ? En réalité, il y a peu de chances, car Grosjean n’a pas encore l’étoffe « d’un grand pilote » et Jenson Button n’est pas non plus le dernier venu, lui le champion du monde 2009 faut-il le rappeler…Du côté des écuries, les seules places libres seraient éventuellement chez Lotus ou Force India. En cas de non reconduction autant dire que l’avenir du Britannique serait plus qu’incertain.

arton35413.jpg

La seule autre alternative de l’écurie de Woking mènerait à une piste interne, avec une intronisation de l’autre étoile montante du Team le Belge Stoffel Vandoorne aux côtés de Kevin Magnussen. Mais justement pourquoi McLaren prendrait-elle le risque de titulariser 2 jeunes pilotes peu (ou pas) expérimentés lors de sa première saison avec Honda, où il sera certainement questions d’expériences et de réglages spécifiques ? De plus, elle se priverait d’avoir une liberté totale pour choisir un ou deux nouveaux pilotes de pointe pour 2016.

arton35970.jpg

Alors comme le déclarait hier Eric Bouiller, il faudra encore patienter un peu pour connaître les deux pilotes 2015, et le sort des deux titulaires cette saison dépendra en grande partie si Ron Dennis sera parvenu à un accord et donc à convaincre un des 3 « gros poissons » qui seraient susceptibles de changer que sont Sebastian Vettel, Fernando Alonso et Lewis Hamilton.
Si tous trois semblent à la recherche d’air frais et d’un nouveau challenge, l’Allemand est celui qui semble le moins difficile à faire signer pour 2015, bien que tous trois aient encore un contrat jusque fin 2015. La réponse à cette équation à plus de 3 inconnues, sera donc essentiellement guidée par la marge de manœuvre de négociation de Vettel pour 2015. Sinon il faudra attendre 2016 pour ramener Hamilton ou Alonso au bercail et prolonger d’une année Button et Magnussen.
Ce qui nous semblerait pas une si mauvais stratégie que cela, puisque Jenson connaît déjà bien Honda pour avoir piloté pour l’écurie officielle et qu’il reste un champion du monde compétitif.   

arton35617.jpg