05/01/2015

2015 : l’année de la reconquête pour Ferrari ?

Après une saison 2014 très loin des attentes fixées par la direction de la Scuderia Ferrari, l’équipe de Maranello s’apprête à se lancer dans une nouvelle saison avec plusieurs importants changements à la clé.

En effet, suite aux mauvais résultats et à une ambiance maussade sur et en dehors de la piste, plusieurs têtes sont tombées ou parties et non des moindres. Exit Luca di Montezemolo, Stefano Domenicali, Marco Mattiachi (arrivé pour remplacer Domenicali en cours de saison) et Fernando Alonso. Le nouveau patron du groupe Fiat, Sergio Marchionne a donc frappé haut et fort pour relancer une machine qui s’était quelque peu grippée depuis 2 saisons. Avec comme point de chute, une saison 2014 qui fut la plus mauvaise depuis 1994, la Scuderia n’obtenant aucune victoire.

f1,formule 1,ferrari,sebastian vettel,fernando alonso,arrivabene,marchione,maranello,raikkonnen,mclaren

Le remplaçant de Luca di Montezemolo a tout d’abord choisi de nommer Maurizio Arrivabene pour remplacer le fidèle Stefano Domenicali qui n’apportait selon lui plus les impulsions nécessaires au bon fonctionnement de l’équipe. Puis, il n’a pas non plus hésité à laisser partir Fernando Alonso chez McLaren, l’Espagnol semblant à bout de souffle et démotivés par les performances de la monoplace conçue par les Rouges. Le faisant clairement ressentir dans les médias ou les réseaux sociaux, Alonso a donc joué à un jeu dangereux avec lequel il a fini par se brûler, n’ayant plus d’autre alternative qu’à quitter la famille Ferrari.
Car ce qui semblait impensable avait fini par arriver, Marchionne délogeant à la surprise générale Sebastian Vettel de Red Bull et signifiant ainsi à l’Espagnol qu’il y avait d’autres pilotes talentueux sur le marché. Cela tombait bien, puisque l’Allemand était lui aussi à la recherche d’une nouvelle motivation et qu’il s’entend parfaitement avec Kimi Raikonnen.

f1,formule 1,ferrari,sebastian vettel,fernando alonso,arrivabene,marchione,maranello,raikkonnen,mclaren

Nouveaux pilotes donc mais aussi nouveaux ingénieurs et nouvelle équipe dirigeante. De quoi se donner les moyens sportifs et humains pour revenir dans le haut du classement et viser quelques victoires cette saison, ce qui semble d’ailleurs l’objectif avoué.
De plus, en décelant un vide dans les règlements techniques qui a permis la levée du gel des moteurs, Ferrari aura la possibilité de développer et améliorer son moteur V6 pour 2015.

En conclusion, les tifosis devront garder les pieds sur terre car bien que les deux pilotes soient rapides et talentueux la future monoplace n’est pas encore attendue comme l’arme parfaite capable de jouer le titre, mais devrait être une voiture non moins dangereuse, pour ce qui sera peut-être une saison de transition avant le titre avec Sebastian Vettel en 2016 ?