11/07/2014

Caterham vendue : Tony Fernandes tient parole et passe la main à un consortium d’investisseurs suisses et du Moyen Orient

Tony Fernandes est un homme de parole, et pour ceux qui en doutaient encore, sa dernière action aura donc fini de les convaincre. En effet, en début d’année, il avait annoncé la couleur en clamant lors de la présentation de la voiture que si l’équipe effectuait une nouvelle fois une saison décevante sans marquer de points, il n’hésiterait pas à se retirer et vendre son équipe. En d’autres termes, arrêter d’injecter des millions dans une équipe qui n’a jamais vraiment évolué ces dernières années.
Cependant, beaucoup espéraient finalement que ce n’était qu’une sortie afin de motiver son équipe et pilotes.
Mercredi 2 juillet dernier, l’homme d’affaire malaisien est donc passé de la parole aux actes, en vendant l’équipe Caterham entière à un consortium d’investisseurs en provenance de Suisse et du Moyen Orient. Si on ne connaît pas le prix exact (autour des 400-500 millions euros), une autre question intrigue grandement tous les observateurs de la Formule 1. Mais qui sont donc des investisseurs venus de Suisse et du Moyen-Orien ? Sont-ils sérieux ? Parle-ton là de ceux qui avaient déjà essayé de racheter Sauber voici quelques années (au moment du retrait de BMW) ?
Vous le constaterez beaucoup de questions et de zones d’ombres restent encore à éclaircir, malgré le fait que la vente ait déjà été effectuée et validée par la FIA.

Tony-Fernandes-007.jpg

En ce qui concerne la direction de l’équipe, elle est nouvellement prise par Colin Kolles et l’ancien pilote de F1 Christijan Albers. Là aussi une nouvelle surprenante, puisque l’on attendait plutôt Kolles sur un autre projet, celui de la création d’une 13ème équipe en Formule 1, avec son projet Forza Rossa (projet Roumain). Sauf que, après vérification il s’agit ici bien de son projet Forza Rossa et que le l’homme d’affaires qui a déjà dirigé HRT, Midland et Jordan a finalement préféré racheter une équipe existante, plutôt que de créer et mettre sur pied une nouvelle équipe. Cela enterre donc le projet d’une 13ème équipe en F1, mais il économise au passage 20 millions de frais administratifs et d’inscriptions. De plus, cela montre les difficultés et les liites pour une nouvelle équipe d’arriver en Formule 1, le fait de déjà pouvoir conserver 11 équipes étant un exploit…

sdtgs.png
Colin Kolles

Quant à la dénomination de l’équipe, il reste pour le moment sous le nom de Caterham, un changement en course de saison étant très difficile. L’usine basée à Leafield sera aussi maintenue au moins jusqu’au terme de la saison (la Monoplace 2015 devant aussi y être conçue), le but avoué étant de récupérer cette fameuse 10ème place au classement constructeur synonyme de 30 millions d’euros de droits distribués par la FOM. Nul doute que la bataille sera rude et difficile avec Marussia et Sauber, Collin Kolles ayant déjà mis la pression sur ses pilotes après un GP de Grande-Bretagne compliqué.

arton35062.jpg

Pour conclure, revenons encore une fois au sujet des investisseurs et de Christijan Albers. Le rôle du Néerlandais est-il si important qu’il en a l‘air sur l’organigramme ? A-t-il apporté une fortune personnelle dans l’aventure ? Enfin au niveau Suisse, pourquoi ces obscurs investisseurs venus de Suisse et n’ont préféré soutenir uen équipe historique et déjà en palce depuis plus de 10 ans, de surcroît avec une soufflerie des plus moderne ? Le mystère reste énorme, à moins que ce soit Monisha Kaltenborn trop tournée vers ses investisseurs Russes qui sont annoncés pour la énième fois sur le retour qui n’ait pas daigné s’intéresser à eux ? Les prochains jours et la pause estivale nous délivreront certainement des éléments de cette énigme...

 

17/04/2014

Coup de Trafalgar sur le budget plafond : les 6 équipes du Strategy Group posent leur véto

Alors que tout le petit monde de la Formule 1 en parlait depuis plusieurs mois et que la mesure semblait pouvoir se mettre en place pour les prochaines saisons, c’est à un véritable coup de Trafalgar que nous avons assisté en milieu de semaine dernière. Oublié, annulé, torpillé, le budget plafond souhaité par la FIA à travers son président Jean Todt. Et les principaux responsables ne sont pas à aller chercher bien loin…il s’agit bien sûr de Bernie Ecclestone (le détenteur des droits commerciaux de la F1) mais aussi et surtout des 6 équipes appartenant au Groupe Stratégique de la F1 (Stragey Group), c’est-à-dire les plus riches et les plus puissantes. On a nommé Red Bull, Mercedes, Ferrari, McLaren, Williams et Lotus. En faisant ainsi une opposition catégorique à cette limitation des coûts et des budgets en F1 au grand damne des petites équipes comme Force India, Sauber ou Caterham, ils ont asséné un véritable coup de poignard dans le dos de la FIA et de ces petites écuries.

Ce retournement de situation est de plus totalement inattendu, puisque la FIA semblait enfin être sur le point de mettre en place cette mesure qui aurait limité les coûts et plafonné les budgets des équipes à un maximum de 150 millions par saison. Soit déjà une belle somme. De plus, si la réaction de Ferrari, Mercedes et Red Bull semble logique et cohérente, celles de Williams et Lotus est totalement incohérente et insensée. On le rappelle en effet, Williams était au bord du gouffre sportif et financier avant l’arrivée de sponsors brésiliens et de Martini, et quant à Lotus la situation semble encore plus délicate n’ayant pas encore payé ses pilotes pour la saison 2013 et étant elle aussi en grosse difficulté financière. En finalité, on en revient presque à penser que ces deux équipes se sont finalement tiré une balle dans le pied, qui pourrait les amener à moyen terme à leur perte.

f1,formule 1,réduction des coûts,budgets plafonnées,limite de budget,forza rossa

Parmi les déçus, on trouvait bien entendu Jean Todt qui réagissait ainsi: « A partir du moment où le détenteur des droits commerciaux et les six équipes font front commun, ils disposent de 12 voix sur 18, je ne peux pas imposer ce projet. C’est purement et simplement mathématique. Par conséquent, il n’y aura donc pas de limitation budgétaire en Grand Prix.»
Cette décision et ces propos ont d’ailleurs fortement agacé Force India et fait réagir son Team Principal Bob Fernley. Pour lui ceci est totalement inacceptable et Force India ne reculera sur aucun point. Pour preuve, les 4 équipes restantes (toutes sauf Torro Rosso) ont fait part de leur mécontentement en se liguant contre le Group Strategy et en envoyant une lettre à la FIA en mentionnant que la F1 courait au désastre financier. Elles les accusent notamment d’abus de position dominante et menacent de recourir à la justice devant la Cour Européenne. Finalement pour calmer tout ce petit monde, un sommet extraordinaire sur la réduction des coûts aura lieu
le 1er mai prochain.

f1,formule 1,réduction des coûts,budgets plafonnées,limite de budget,forza rossa

Une réunion importante, car au moment d’accueillir une 12ème équipe avec Haas Racing Development et peut être une 13ème équipe (on parlerait encore du projet Roumain de Colin Kolles sous le nom de Forza Rossa), il sera grand temps de fixer des règles et conditions à la portée de tout le monde. Sous peine de voir à nouveau des équipes disparaître et non des moindres, comme par exemple Sauber, Marussia, Lotus ou Caterham. Alors Monsieur Ecclestone et la FIA, que voulez-vous vraiment ? Une F1 à deux vitesses avec des disparitions d’équipes en plein championnat ? Un championnat avec 7 équipes à 3 voitures (pourquoi pas) ou enfin mettre un cadre qui permettrait aux équipes de se stabiliser,  afin de garantir leur survie et une F1 intéressante ? Il faudra choisir…