12/11/2014

Fin de saison 2014 sous forme de crise en fond et milieu de grille : plusieurs équipes luttent pour leur survie

Après que les équipes Marussia et Caterham aient été mises en liquidation voici 10 jours et placées sous la direction d’administrateurs judiciaires, c’est au tour de trois autres équipes de s’inquiéter pour leur avenir. En effet, Sauber (qui vient d’engranger 40 millions en signant 2 pilotes payants pour 2015 en la personne d' Ericsson et Nasr), Lotus et Force India, toutes trois en proies à des gros déficits et à la recherche de sponsors, ont demandé à Bernie Ecclestone et à la société détentrice des droits de la Formule 1 ( la compagnie CVC) de bien vouloir revoir leur système d’attributions des bénéfices et de bonus pour l’année prochaine. Ceci afin de pouvoir non seulement garantir leur survie immédiate mais aussi pour garantir une saison 2015 sans mauvaise surprise.

Cette annonce et demande conjointe des trois écuries a peut-être de quoi surprendre, mais il est vrai que cela fait plusieurs mois maintenant que les équipes non soutenues par des constructeurs militent pour une répartition plus équitables du budget entre les 5 Top teams et les autres. Et cette requête était malheureusement restée sans suite jusqu’ici, puisque ni Bernie Ecclestone ni les grandes équipes (Ferrari, Red Bull, Mercedes, McLaren, Williams) ne semblaient enclins à discuter et renégocier leurs accords.

arton37274.jpg

Elle arrive également au plus mauvais moment pour Ecclestone et la Formule 1, car les contrats pour les droits TV stipulent que le championnat ne doit pas être composé de moins de 16 voitures en piste. Or si Sauber ou Force India venait à disparaître, un problème de nombre et de fond viendrait à se poser. Bien que Bernie ait tout prévu dans ce cas avec l’arrivée d’une 3ème voiture pour les Top teams (qui lui coûterait cependant de l’argent), personne ne veut encore en arriver là.
Pire, le grand « boss » de la F1 aurait carrément proposé de faire un championnat à 2 vitesses, avec une catégorie constructeur (composée de 5 Top teams) et une catégorie équipes clientes (avec des anciens châssis). Ceci étant certainement sa dernière provocation jusqu’ici dans ce conflit, les prochains jours nous diront si les petites équipes auront eu gain de cause ou non et si la crise passagère pourra s’estomper. Il se dit d’ailleurs ici et là , que Marussia aurait finalement trouvé un repreneur très sérieux. Affaire à suivre...

Espérons que cela soit du concret pour l’équipe basée en Angleterre et à travers qui on transmets tout notre soutien à son pilote Jules Bianchi hospitalisé au Japon fans un état stable mais critique.