23/10/2014

Entre investisseurs fantômes et offres repoussées : A quoi joue Sauber ?

Alors que ces dernières semaines de plus en plus de rumeurs sur un rachat complet ou partiel de parts dans l’équipe Sauber ont circulé, la situation de l’écurie Suisse semble ne pas avoir évoluée. Pire, au fur et à mesure que le temps passe, les interrogations se multiplient et les offres et potentiels investisseurs ne se confirment pas. Monisha Kaltenborn a beau se presser dans tous les médias pour répandre de belles paroles sur l’avenir de l’écurie et la saison prochaine, personne ne semble vraiment dupe et l’avenir de Sauber est plus qu’incertain.

En effet, si la piste des investisseur Russes avec le jeune pilote Sergei Sirotkin semble avoir définitivement pris du plomb dans l’aile à force de complications et traîner en longueurs, d’autres pistes récentes ont malheureusement également conduits à un échec. On pense notamment à l’investisseurs Canadien, Lawrence Stroll amené par Ferrari en personne et qui semblait très intéressé pour racheter des parts dans l’équipe afin d’offrir un baquet à son talentueux fils. Cela ne se fit finalement pas, en raison d’une offre jugée trop basse par Peter Sauber en personne.

arton36867.jpg


Il y eut aussi l’épisode Simona de Silvestro avec ses sponsors Américains. Tout semblait avoir été prévu pour offrir un baquet à la Suissesse pour 2015 et une place importante à ses soutiens sur la nouvelle monoplace. On a cependant appris voici quelques semaines que la collaboration avait pris fin, faute d’accord.
Vous l’aurez compris, la situation et les négociations du Team d’Hinwill ne semblent pas être que remplies de succès. Surtout que l’équipe manquant cruellement d’argent et de résultats, le choix et la composition des pilotes sera certainement dictée par l’apport financier et les sponsors liés aux pilotes.

D’autant plus que les dernières rumeurs faisaient état de l’intronisation pour 2015 de Van der Garde et d’une entrée de McGregor (propriété du beau-père de Giedo Van der Garde) dans le capital de Sauber. Alors enfin une bonne nouvelle ou encore une négociation échouée ? La réponse viendra peut-être de Force India qui confirmera ou non Sergio Pérez et ses millions Mexicains d’ici 10 jours, à moins que ce ne soit à la surprise générale Van der Garde qui soit confirmé dans l’équipe Indienne de Vijay Mallya…

arton36938.jpg

Quoi qu’il en soit, espérons que Peter Sauber et son équipe parviennent enfin à conclure une négociation à son terme, eux qui ont par le passé déjà perdu des partenaires importants qui firent le bonheur d’autres équipes comme Red Bull, Petronas Crédit Suisse et BMW (retrait de la F1) ou récemment Telmex qui aurait été prêt à fournir un duo 100% Mexicain (Pérez-Gutierrez) et un apporter un capital frais dans l'équipe. Peut-être aussi que Monsiha Kaltenborn sera-t-elle un peu plus chanceuse en affaires. La survie de l’équipe en dépendconclure une négociation à son terme, eux qui ont par le passé déjà perdu des partenaires importants qui firent le bonheur d’autres équipes comme Red Bull, Petronas Crédit Suisse et BMW (retrait de la F1) ou récemment Telmex qui aurait été prêt à fournir un duo 100% Mexicain (Pérez-Gutierrez) et un apporter un capital frais dans l'équipe. Peut-être aussi que Monsiha Kaltenborn sera-t-elle un peu plus chanceuse en affaires. La survie de l’équipe en dépend...

09/10/2014

GP de Russie ce dimanche : Une première en pensées avec Jules Bianchi

Pour ce 16ème GP de la saison, le petit monde de la F1 avait certainement imaginé un meilleur lancement pour ce qui devait être une belle fête. Malheureusement le sort en a voulu autrement, et  toutes les pensées seront sans le moindre doute tournées vers le pauvre Jules Bianchi qui lutte actuellement pour sa survie en soins intensifs au Japon.

L’équipe Marussia qui devait donc fêter ce Grand-Prix à domicile dans la bonne humeur ne sait pas encore si elle alignera un remplaçant pour Jules Bianchi. Le directeur John Booth ne sera d’ailleurs pas présent en Russie, étant resté au chevet du Français. C’est dire si l’équipe est touchée. Quant à Jean-Eric Vergne, il a confectionné des stickers en soutien à son compatriote qui seront distribué dans le paddock.

arton36667.jpg

Pour revenir sur le plan sportif, le circuit a été entièrement construit autour du parc olympique de la ville de Sotchi qui a accueilli les Jeux Olympiques 2014 cet hiver. Ce sera donc une grande découverte pour tous les pilotes, équipes, journalistes et accompagnants. Et s’il y en a un qui sera certainement très fier parmi tous les autres, c’est Bernie Ecclestone qui avait déjà tenté dans le passé sans réussite d’organiser un Grand Prix d’URSS voici plus de 30 ans.
Concernant l’horaire, les qualifications et le Grand-Prix sont fixés à 13 heures Suisse (GMT+1). Bonne chance à cette nouvelle épreuve, En espérant des bonnes nouvelles de Jules Bianchi prochainement.

 

02/10/2014

Bientôt une Formule 1 à 10 équipes de 3 pilotes ? Tout dépendra des petites écuries...et de Bernie Ecclestone

Alors que la situation de l’équipe suisse Sauber est de plus en plus alarmante, Peter Sauber cherche des solutions pour l’avenir et surtout pour le court-terme. Si la vente au milliardaire Lawrence Stroll a échoué voici 10 jours (désaccord financier), l’équipe Suisse ne désespère pas de trouver un éventuel repreneur ou nouvel actionnaire d’ici la fin de la saison. Et le temps presse, car avec aucun point marqué cette année, ce n’est pas les gains de la FIA qui vont renflouer les caisses.
LA FIA, parlons-en justement. Elle se dit de plus en plus inquiète pour les «petites écuries » et il n’y a que Sauber qui soit dans une situation délicate. Caterham, Marussia et Lotus également semblent en proie à de gros soucis financiers.

f1,formule 1 à 10 équipes,3 voitures par équipes en f1,sauber en difficulté,sauber

Si Caterham auparavant financée par Tony Fernandes a été rachetée par un «mystérieux » fonds d’investissement du Moyen-Orient, elle ne semble de loin pas sauvée. Preuve en est, le tournus constant des pilotes dans le baquet, choisis en fonction de leur chéquier plutôt que de leur talent.
Pour Marussia, le constat n’est guère meilleur, malgré les deux points marqués par Jules Bianchi à Monaco. Ainsi, Max Chilton se voit obliger d’aligner les millions de course en course, sans être certain que cela suffise à sauver la petite écurie. On dit d’ailleurs que Lawrence Stroll serait rentré en pourparlers pour un rachat, suite à son échec avec Sauber. Enfin la dernière nommée, Lotus connaît- elle aussi toutes les peines du monde tant au niveau sportif que financier. Elle a par contre semble-t-il réglé plusieurs de ses dettes, grâce notamment à son « assurance survie » Pastor Maldonado.

Bien que les écuries nommées plus haut ne disparaitront pas toutes (heureusement), le risque d’en perdre deux ou trois d’entre-elles est bel et bien réel voir assez élevé. Cela Bernie Ecclestone l’a bien compris et il sait que ce n’est maintenant malheureusement plus qu’une question de temps.
Alors oui, face à une telle situation et sans autre meilleure solution, cette alternative semble bien la plus attrayante et la moins pénible. Car se retrouver à 16 voitures par course n’est pas une finalité en soi pour la FIA et encore moins pour Bernie et ses droits de télévisions.
D'autre part, une 3ème voiture (re)ouvre également les portes à des pilotes de talents, qui n'auraient pas eu cette chance dans des petites équipes qui leur auraient préféré des pilotes payants. Cette solution est donc aussi une parade face à la montée des enchères dont abusent certains pilotes et certaines écuries. Ainsi un Sébastian Buemi aurait-il peut-être sa place chez Red Bull dans une 3ème voiture ou un Jules Bianchi chez Ferrari...Quoiqu'il en soit, cette solution coûtera elle aussi très cher, puisque Mercedes a déjà évalué une somme proche de 30 millions par saison afin d'aligner une 3ème voiture.

f1,formule 1 à 10 équipes,3 voitures par équipes en f1,sauber en difficulté,sauber

Dans ces conditions, il sera donc primordial de ne pas tomber dans une autre problématique d’augmentation drastique des couts. De plus, il n’est pas certain que les équipes du milieu de plateau comme Williams, Force India ou Torro Rosso aient les moyens d’aligner cette 3ème voiture. Enfin, comment attribuer les points de ce pilote supplémentaire ? Aurait-on alors 3 pilotes d’une seule écurie sur le podium ? Vous l’aurez compris, il y a donc encore beaucoup d’éléments à clarifier afin d’éviter que la solution trouvée se transforme en celle du serpent qui se mord la queue…
Mais avant cela, espérons pour les petites équipes dont les Suisses de Sauber qu’ils parviennent à sauver leur peau et s’offrir un futur viable dans cette période économique très difficile.