26/11/2014

Lewis Hamilton champion du monde 2014 : un titre mérité pour un pilote à maturité

Lewis Hamilton était fou de joie à l’issue du Grand-prix d’Abu Dhabi ce dimanche. Non seulement il venait de remporter son 11ème succès de la saison, mais il était surtout sacré  pour la deuxième fois champion du monde de Formule 1. Il rejoint ainsi au passage ses illustres compatriotes Graham Hill et Jim Clark au rang de double champion du monde.

Néanmoins, rien ne fut facile pour le Britannique cette saison.  A commencer par un abandon suite à une panne moteur lors du premier Grand-Prix en Australie. Son coéquipier Nico Rosberg en profite et creuse tout de suite le large au championnat. Mais Lewis est rapide et il remarque tout de suite qu’il a entre les mains une voiture de futur champion du monde. Quatre victoires consécutives le ramènent presque à égalité avec son coéquipier Nico. Cependant il reperd du terrain à Monaco où Rosberg l’empêche de réaliser la pole-position, et au Canada avec un abandon sur problème de freins. Mais l’homme a du caractère et le prouve en réalisant une superbe remontée pour remporter sa course à domicile à Silverstone. 

arton37569.jpg

Et ce qui devait fatalement se produire arriva en Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps, alors que les deux coéquipiers sont aux coudes à coudes et jouent depuis le début de saison à un jeu dangereux. Le jeu de celui qui sera le plus fort dans les duels et qui osera repousser les limites le plus loin possible. Et tout le monde attend que Hamilton commette l’irréparable. Mais finalement c’est bien Nico Rosberg ce dimanche-là à Spa qui franchit la limite en touchant Lewis et l’obligeant à l’abandonner sur crevaison.
Ainsi si Lewis se retrouve largué à 29 points au général après cette touchette fortement réprimandée par Totto Wolf, c’est peut-être ce jour-là qu’il remporte et prend un ascendant psychologique majeur sur le championnat.

En effet, Rosberg sait qu’il ne pourra plus se permettre aucune folie ou erreur, et le Britannique se rend compte qu’il est bien plu rapide que son coéquipier allemand. Poussant son rival à la faute à Monza pour lui ravir la victoire, il remporte ensuite 5 courses à la suite d’une main de maître. Ce qui lui permet d’arriver à Abu Dhabi avec 17 points d’avance mais surtout avec la maturité d’un champion du monde.

arton37441.jpg

Comprenez par-là que le pilote Anglais a appris de ses erreurs ou de ses succès. Car si son titre de 2008 était finalement un peu chanceux (glané dans le dernier tour), ses erreurs et débâcles en 2010 et 2011 sur et en dehors de la piste (plusieurs accrochages, séparation et retrouvailles avec Nicole Scherzinger qu’il étale au grand jour)  lui ont appris comment gérer une telle situation. Puis sa saison 2013 prouve qu’il a gagné en maturité (il ne préoccupe ni de Nico Rosberg ni des rumeurs des journalistes mais que de son propre pilotage ), et lui sert par ailleurs à couper le « cordon ombilical » McLaren en passant chez Mercedes. Sa consécration cette année et son deuxième titre ne sont donc pas le fruit du hasard, mais bien celui d’un pilote arrivé à maturité. Preuve en est encore s’il le faut, le fait que l’arrivée surprise dimanche matin de toute sa famille et de Nicole Scherzinger ne l’ont pas perturbé le moins du monde à Abu Dhabi. Mieux encore, il déclarait que son départ canon « lancé telle une fusée de la grille » était certainement le meilleur de toute sa carrière. Avouant au passage qu’il était « mille fois plus heureux » de ce deuxième titre synonyme de confirmation et parvenant à profiter pleinement du moment présent, Lewis Hamilton est déjà tourné vers la défense de son tire pour 2015…et plutôt deux fois qu’une.

arton37569.jpg
 

25/11/2014

Le classement spécial du Blog Driver of the Race "Abu Dhabi"

Best of du GP d'Abu Dhabi

A l'occasion ce dernier classement spécial de la saison de notre blog, l'heure est bien sûr venue pour comparer nos notes et notre hiérarchie par rapport à la réalité du classement officiel final. Bien que notre résultat ne soit que le fruit d'une évalutation arbitraire tout au long de la saison, nous retrouvons un classement assez semblable à la réalité. En effet, Lewis Hamilton est bien notre champion du monde devant Nico Rosberg et Daniel Ricciardo. La fin de classement est aussi à l'image de la saison, bien qu'un peu différente dans ce 2ème cas. Voici donc notre dernière évaluation 2014 qui permet de consacrer Lewis Hamilton champion du monde. Bravo à lui.
casque or.jpg
1.Lewis Hamilton: 5 points et casque d’or
Auteur d’une course sans erreur et d’un départ digne d’une « fusée », le Britannique a mené cette course du début à la fin d’une main de maître. Jamais inquiété par Nico Rosberrg avant que celui-ci connaisse ses problèmes de moteurs, il a su gérer la pression qui était sur lui à Abu Dhabi. Ce succès et le tire de champion du monde sont pleinement mérités pour un pilote qui a remporté 11 courses cette saisons et s’est montré le plus rapide à de nombreuses reprises.

 

casque argrent.jpg
2. Felipe Massa: 3 points et casque d’argent
Ilfut le seul à essayer d’inquiéter Lewis Hamilton pendant la course. Très bon en qualifications et rapide en course, le Brésilien semble enfin être parvenu à se libérer avec une fin de saison bien meilleure que les premières courses. Il a aussi montré qu’il mérite sa place pour l’année prochaine et semble plus motivé que jamais.

casque bron.jpg
3. Daniel Ricciardo: 2 points et casque de bronze
Très bon Grand-Prix de l’Australien bien qu’il ait été assez discret. En effet, en partant comme son coéquipier Sebastian Vettel de la ligne des stands, il a réussi une exceptionnelle remonte jusqu’au pied du podium. Il aurait donc certainement pu briguer une place parmi les 3 premiers sans le déclassement des qualifications. Il domine par ailleurs encore une fois Vettel au passage…

Les Malus du GP :
flèche.jpg
-5pts: Adrian Sutil
L’Allemand pour qui c’était peut-être sa dernière course en Formule 1 a encore peiné. Il termine avant-dernier juste devant la seule Caterham encore en piste. A l’image de sa saison et malgré une voiture très mal conçue, il n’a pas réussi à utiliser son expérience que Sauber était pourtant venu chercher. Il termine donc sa saison avec aucun point marqué.

-3pts : Fernando Alonso:
Pourtant bien classé sur la ligne de départ, l‘Espagnol a connu de multiples problèmes et soucis techniques pendant la course. Passé derrière Kimi Raikonnen à un instant, il est finalement parvenu à repasser son coéquipier mais sans trop de gloire. Pour sa dernière course chez Ferrari, il n’aura donc pas terminé sur une note positive. Et son remplaçant Sebsatian Vettel termine d’ailleurs juste devant lui…

-2pts : Kevin Magnussen:
Dominé par Button sur une grande partie de la saison et encore sur cette course, le Danois semble un petit peu fatigué sur cette fin de saison. Son Grand-Prix a été assez décevant et il n’a jamais semblé en mesure de menacer son coéquipier Anglais. Il devrait pourtant être reconduit l’année prochaine.

 

 Classement Final Driver of the Race 19/1

 

1. Hamilton 57 pts
2. Rosberg 28 pts
3. Ricciardo 24 pts
4. Bottas 14 pts
5. Vettel 8 pts
6. Alonso 7 pts
7. Button 6 pts
8. Hülkenberg 3pts

9. Kvyat 0pt
10. Bianchi 0pt
11Ericsson 0 pt

 

12.Massa- 1pts
12. Magnussen -1 pt
14. Vergne – 4 pts

15. Kobayashi – 7ts
16. Chilton - 8pts
17.Perez -9pts
18. Grosjean - 13pts

19. Raikonnen -16pts
20. Maldonado - 17pts
21. Gutierrez – 29pts
22. Sutil - 42 pts

 

 

09/11/2014

Rosberg s’impose au Brésil et maintient le suspense et la pression

Sur une piste sèche et dans un Grand-Prix du Brésil un peu plus calme qu’à son habitude, Nico Rosberg qui s’élançait encore une fois de la pole-position a cette fois pu parfaitement tirer profit de cet avantage pour remporter son 5ème succès de la saison, le 8ème de sa carrière. Son coéquipier Lewis Hamilton termine 2ème devant Felipe Massa qui complète le podium devant son public.

Dès les premiers tours, on sent l’Allemand appliqué et sûr de soi. Après un très bon départ, il a déjà creusé un petit écart sur son coéquipier et le reste du peloton emmené par les Williams et les McLaren. Tous les pilotes de tête s’étant élancés avec les gommes tendres  ayant une longévité réduite, les premiers arrêts aux stands ont lieu dès le 7ème tour. A ce moment-là, on se dit que Nico Rosberg gérait parfaitement sa course et que Lewis Hamilton se contentera de gérer sa 2ème place virtuelle (ils sont à ce moment-là 5ème et 6ème tous les pilotes ne s’étant pas encore arrêtés).

F1, Grand-Prix du Brésil, Interlagos, Felipe Massa, course pour le titre, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Mercedes

Peu avant le 25ème tour, Rosberg et Massa ouvrent la 2ème vague d’arrêts aux stands, les pneus médiums n’ayant finalement pas une si longue vie que prévu. Alors que l’Allemand semble en difficulté avant son entrée au stand, on se dit que Lewis Hamilton qui vise deux tours supplémentaires va parvenir à passer en tête grâce à deux excellents tours. Sauf que le Britannique se rate  dans le troisième virage et part en tête-à-queue en dehors de la piste. Il reprend sans difficulté la piste, mais il perd près de 10 secondes dans cet incident. On se dit que la magie ou les coups de sorts d’Interlagos sont à nouveau au rendez-vous comme souvent ici au Brésil.

Le 3ème changement de pneumatiques qui a lieu autour du 50ème tour ne changera pas la donne de la course et Rosberg conserve son avantage, malgré un superbe rapprochement de Lewis Hamilton qui est revenu à sa hauteur. Derrière eux, Felipe Massa malgré une pénalité de 5 secondes pour vitesse excessive dans les stands, tient bon à une belle 3ème place devant Button, Vettel et les Ferrari. Pour Bottas et Ricciardo (abandon) tous les deux en proies de grands problèmes, c’est une course à oublier.

Les derniers tours ne changeront plus rien à la tête de la course et malgré une dernière pression de Lewis Hamilton, Nico Rosberg remporte le Grand-Prix devant son coéquipier et le régional de l’étape Felipe Massa.
Gutierrez 14ème et Sutil 16ème ont à nouveau brillé par leur manque de performance pour l’équipe Sauber. A une course de la fin de la saison, l’écurie Suisse n’a encore pas marqué le moindre point cette saison. Le scénario risque bien de se répéter, tant les deux pilotes ont semblé dépassés en fin de course. Pour le Franco-Genevois Romain Grosjean (Lotus-Renalt), le Brésil n’a pas non plus rimé avec Samba, puisqu’il a abandonné au 66ème tour sur casse moteur, alors qu’il était classé hors des points.

F1, Grand-Prix du Brésil, Interlagos, Felipe Massa, course pour le titre, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Mercedes

Ce succès de l’Allemand après les 5 consécutifs de Hamilton, lui permet revenir à 17 points du Britannique, et tout se jouera à Abu Dhabi lors de la dernière course, où les points seront doublés. Avantage toutefois à Lewis, puisqu’il sait qu’une 2ème place lui assurera le titre.
Rendez-vous le 23 novembre pour l’explication finale, qui devrait être un peu plus virile qu’aujourd’hui à Interlagos. Et la tension sera certainement montée à son apogée d’ici-là.

GP du Brésil

01   N. Rosberg   Mercedes 71 tours 25
02   L. Hamilton   Mercedes +1.4 18
03   F. Massa   Williams +41.0 15
04   J. Button   McLaren +48.6 12
05   S. Vettel   Red Bull +51.4 10
06   F. Alonso   Ferrari +61.9 8
07   K. Räikkönen   Ferrari +63.7 6
08   N. Hülkenberg   Force India +63.9 4
09   K. Magnussen   McLaren +70.0 2
10   V. Bottas   Williams +1 tour 1