19/11/2014

Ultime GP de la saison à Abu Dhabi : Qui de Rosberg ou Hamilton remportera le titre ?

Le dernier Grand-Prix de cette saison 2014 est déjà arrivé, mais le suspense quant au nom du futur champion du monde reste entier. En effet, les deux pilotes Lewis Hamilton et Nico Rosberg peuvent encore chacun remporter le titre et se voir sacré sur le circuit des Emirats-Arabes-Unis.
On imagine donc aisément que la tension hors et sur la piste risque d’être à son apogée. De plus, petit cadeau empoisonné ou cerise sur le gâteau de la part de Bernie d’Ecclestone c’est selon, tous les pilotes verront leurs points doublés lors de cette dernière course. Ce qui risque donc de pimenter encore un peu plus les duels et gains de positions. Hamilton avec 10 succès cette saison (contre 5 à Rosberg) part cependant avec une longueur d’avance.

Pour rappel il suffit à Lewis Hamilton de finir 2ème pour être titré quoiqu’il arrive. Pour Nico Rosberg en revanche, il faut gagner et espérer une aide extérieure afin que le Britannique ne termine pas mieux que 3ème. Et dans le pire des scénarios, celui de l’accrochage ou de l’abandon de l’un des deux, Rosberg devrait au moins marquer 18 points (5ème place) de plus que Hamilton pour remporter le titre. Espérons toutefois que le grand duel annoncé ne se joue pas sur casse mécanique ou sur une touchette, comme cela a déjà pu être le cas par le passé. Ce d’autant plus que le dernier GP de la saison est souvent plus tendu que les autres, chaque pilote et chaque équipe voulant encore marquer un maximum de points pour les divers classements.

arton37258.jpg

En cas de sacre pour Hamilton, il accéderait aux côtés d'Alonso au rang de double champion du monde après son titre de 2008. Pour Rosberg en revanche, ce serait une première, mais il rejoindrait son père Keke Rosberg dans la légende. Un véritable phénomène quand l’on sait que seul Damon Hill avec son père Graham ont réussi l'exploit d’être champion du monde de père en fils.

Quant aux Williams et Ferrari, elles se battront-elles pour la 3ème place des cosntructeurs, pour ce qui sera la dernière course de Fernando Alonso (Ferrari a annoncé son départ jeudi matin, remplacé par Vettel) au sein de la Scuderia et peut-être également la toute dernière course du champion du monde 2009 Jenson Button en Formule 1 .

arton37415.jpg

Enfin en ce qui concerne le fond de la grille, de curieux de rebondissements semblent avoir eu lieu avant ce dernier Grand-Prix. En effet, les deux équipes en liquidation Caterham et Marussia auraient été capables de se déplacer aux Emirat-Arabes-Unis (le voyage aurait été payé par Bernie Ecclestone) et de préparer leur voiture pour la dernière course. Ceci leur permettrait de ne pas perdre leur licence 2015 en vue d’une éventuelle revente ou reprise par un nouvel investisseur. Et autre surprise au niveau des pilotes, puisque le vétéran Brésilien Rubens Barrichello serait pressenti pour piloter chez Caterham aux côtés de Kamui Kobayashi.

arton37390.jpg

Les Suisses de Sauber, essaieront eux de marquer au moins un point pour ne pas terminer cette saison déjà annoncée comme la pire de leur histoire sur un zéro pointé.
Rendez-vous dimanche à 14 heures (heure suisse) pour cette dernière course qui commencera peu avant le coucher de soleil pour se terminer après la nuit tombée. De quoi terminer une saison en toute beauté et de manière bien imagée.

 

12/11/2014

Fin de saison 2014 sous forme de crise en fond et milieu de grille : plusieurs équipes luttent pour leur survie

Après que les équipes Marussia et Caterham aient été mises en liquidation voici 10 jours et placées sous la direction d’administrateurs judiciaires, c’est au tour de trois autres équipes de s’inquiéter pour leur avenir. En effet, Sauber (qui vient d’engranger 40 millions en signant 2 pilotes payants pour 2015 en la personne d' Ericsson et Nasr), Lotus et Force India, toutes trois en proies à des gros déficits et à la recherche de sponsors, ont demandé à Bernie Ecclestone et à la société détentrice des droits de la Formule 1 ( la compagnie CVC) de bien vouloir revoir leur système d’attributions des bénéfices et de bonus pour l’année prochaine. Ceci afin de pouvoir non seulement garantir leur survie immédiate mais aussi pour garantir une saison 2015 sans mauvaise surprise.

Cette annonce et demande conjointe des trois écuries a peut-être de quoi surprendre, mais il est vrai que cela fait plusieurs mois maintenant que les équipes non soutenues par des constructeurs militent pour une répartition plus équitables du budget entre les 5 Top teams et les autres. Et cette requête était malheureusement restée sans suite jusqu’ici, puisque ni Bernie Ecclestone ni les grandes équipes (Ferrari, Red Bull, Mercedes, McLaren, Williams) ne semblaient enclins à discuter et renégocier leurs accords.

arton37274.jpg

Elle arrive également au plus mauvais moment pour Ecclestone et la Formule 1, car les contrats pour les droits TV stipulent que le championnat ne doit pas être composé de moins de 16 voitures en piste. Or si Sauber ou Force India venait à disparaître, un problème de nombre et de fond viendrait à se poser. Bien que Bernie ait tout prévu dans ce cas avec l’arrivée d’une 3ème voiture pour les Top teams (qui lui coûterait cependant de l’argent), personne ne veut encore en arriver là.
Pire, le grand « boss » de la F1 aurait carrément proposé de faire un championnat à 2 vitesses, avec une catégorie constructeur (composée de 5 Top teams) et une catégorie équipes clientes (avec des anciens châssis). Ceci étant certainement sa dernière provocation jusqu’ici dans ce conflit, les prochains jours nous diront si les petites équipes auront eu gain de cause ou non et si la crise passagère pourra s’estomper. Il se dit d’ailleurs ici et là , que Marussia aurait finalement trouvé un repreneur très sérieux. Affaire à suivre...

Espérons que cela soit du concret pour l’équipe basée en Angleterre et à travers qui on transmets tout notre soutien à son pilote Jules Bianchi hospitalisé au Japon fans un état stable mais critique.

09/11/2014

Rosberg s’impose au Brésil et maintient le suspense et la pression

Sur une piste sèche et dans un Grand-Prix du Brésil un peu plus calme qu’à son habitude, Nico Rosberg qui s’élançait encore une fois de la pole-position a cette fois pu parfaitement tirer profit de cet avantage pour remporter son 5ème succès de la saison, le 8ème de sa carrière. Son coéquipier Lewis Hamilton termine 2ème devant Felipe Massa qui complète le podium devant son public.

Dès les premiers tours, on sent l’Allemand appliqué et sûr de soi. Après un très bon départ, il a déjà creusé un petit écart sur son coéquipier et le reste du peloton emmené par les Williams et les McLaren. Tous les pilotes de tête s’étant élancés avec les gommes tendres  ayant une longévité réduite, les premiers arrêts aux stands ont lieu dès le 7ème tour. A ce moment-là, on se dit que Nico Rosberg gérait parfaitement sa course et que Lewis Hamilton se contentera de gérer sa 2ème place virtuelle (ils sont à ce moment-là 5ème et 6ème tous les pilotes ne s’étant pas encore arrêtés).

F1, Grand-Prix du Brésil, Interlagos, Felipe Massa, course pour le titre, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Mercedes

Peu avant le 25ème tour, Rosberg et Massa ouvrent la 2ème vague d’arrêts aux stands, les pneus médiums n’ayant finalement pas une si longue vie que prévu. Alors que l’Allemand semble en difficulté avant son entrée au stand, on se dit que Lewis Hamilton qui vise deux tours supplémentaires va parvenir à passer en tête grâce à deux excellents tours. Sauf que le Britannique se rate  dans le troisième virage et part en tête-à-queue en dehors de la piste. Il reprend sans difficulté la piste, mais il perd près de 10 secondes dans cet incident. On se dit que la magie ou les coups de sorts d’Interlagos sont à nouveau au rendez-vous comme souvent ici au Brésil.

Le 3ème changement de pneumatiques qui a lieu autour du 50ème tour ne changera pas la donne de la course et Rosberg conserve son avantage, malgré un superbe rapprochement de Lewis Hamilton qui est revenu à sa hauteur. Derrière eux, Felipe Massa malgré une pénalité de 5 secondes pour vitesse excessive dans les stands, tient bon à une belle 3ème place devant Button, Vettel et les Ferrari. Pour Bottas et Ricciardo (abandon) tous les deux en proies de grands problèmes, c’est une course à oublier.

Les derniers tours ne changeront plus rien à la tête de la course et malgré une dernière pression de Lewis Hamilton, Nico Rosberg remporte le Grand-Prix devant son coéquipier et le régional de l’étape Felipe Massa.
Gutierrez 14ème et Sutil 16ème ont à nouveau brillé par leur manque de performance pour l’équipe Sauber. A une course de la fin de la saison, l’écurie Suisse n’a encore pas marqué le moindre point cette saison. Le scénario risque bien de se répéter, tant les deux pilotes ont semblé dépassés en fin de course. Pour le Franco-Genevois Romain Grosjean (Lotus-Renalt), le Brésil n’a pas non plus rimé avec Samba, puisqu’il a abandonné au 66ème tour sur casse moteur, alors qu’il était classé hors des points.

F1, Grand-Prix du Brésil, Interlagos, Felipe Massa, course pour le titre, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, Mercedes

Ce succès de l’Allemand après les 5 consécutifs de Hamilton, lui permet revenir à 17 points du Britannique, et tout se jouera à Abu Dhabi lors de la dernière course, où les points seront doublés. Avantage toutefois à Lewis, puisqu’il sait qu’une 2ème place lui assurera le titre.
Rendez-vous le 23 novembre pour l’explication finale, qui devrait être un peu plus virile qu’aujourd’hui à Interlagos. Et la tension sera certainement montée à son apogée d’ici-là.

GP du Brésil

01   N. Rosberg   Mercedes 71 tours 25
02   L. Hamilton   Mercedes +1.4 18
03   F. Massa   Williams +41.0 15
04   J. Button   McLaren +48.6 12
05   S. Vettel   Red Bull +51.4 10
06   F. Alonso   Ferrari +61.9 8
07   K. Räikkönen   Ferrari +63.7 6
08   N. Hülkenberg   Force India +63.9 4
09   K. Magnussen   McLaren +70.0 2
10   V. Bottas   Williams +1 tour 1