06/10/2014

Drame au Grand-Prix du Japon: Hamilton gagne- Jules Bianchi dans un état critique

C’est à un Grand-Prix chaotique que l’on a assisté dimanche en direct de Suzuka. Alors que le typhon Phanfone menaçait toute la région et le déroulement de la course, les organisateurs ont toutefois décidé de donner le départ sous d’énormes trombes d’eau. A tel point que le départ se fit sous le régime du Safety Car pendant 3 tours, avant que la direction de course ne décide d’immobiliser les concurrents pendant plusieurs longues minutes. Alors que les conditions semblaient s’améliorer quelque peu et les gouttes se faire moins nombreuses, un second départ une nouvelle fois derrière le Safety Car est donné. Au bout de 9 tours, les pilotes sont enfin autorisés à lancer véritablement la course sans la voiture de sécurité et ils en profitent rapidement pour changer de pneus et passer en intermédiaires.

Japon, Grand-Prix, drame, Jules Bianchi accidenté, Hamilton gagne au Japon, Bianchi Marussia

Jusqu’ici, les positions n’avaient pas évolué, étant donné que la première partie de course avait été faite sous Safety Car. Il fallait attendre le 18ème tour et voir Vettel et Ricciardo commencer une belle remontée, passant chacun leur tour les deux Williams de Massa et Bottas qui les précédaient. Devant, les deux Mercedes sont presque roues dans roues et au 26ème tour Lewis Hamilton décide de mettre la pression à Nico Rosberg. Entre temps, la pluie avait redoublé d’intensité et les trombes d’eau se refaisaient de plus en plus nombreuses. Finalement Hamilton passe son coéquipier d’une superbe manœuvre au 29ème tour. Derrière, les deux Red Bull et les Williams maintenaient leurs positions. Hamilton lui ne relâchera plus la tête de course jusqu’à la fin malheureuse au 43ème tour. Il s’impose devant Rosberg et Vettel. Ricciardo finit 4ème devant Button et Bottas.

Japon, Grand-Prix, drame, Jules Bianchi accidenté, Hamilton gagne au Japon, Bianchi Marussia

Revenons à la fin de ce Grand-Prix dramatique. Suite à la sortie de piste d’Adrian Sutil, le pauvre Jules Bianchi percutait à vive allure  une grue qui évacuait la Sauber de l’Allemand. La violence du choc est telle, que la grue se soulève et la voiture semble écrasée sous l’engin. Alors que la direction de course arrête immédiatement le Grand-Prix avec le drapeau rouge, la confusion règne dans le paddock, car l’information concernant le pilote Marussia n’est pas encore très claire. Le podium sera finalement très sobre et le Niçois sera transporté à l’hôpital le plus proche, dans un état critique, avec d'un hématome à la tête. Il a été opéré dimanche soir. Toutes nos pensées et nos vœux de rétablissements vont auprès de Jules Bianchi et sa famille et espérons bientôt revoir le Français à nouveau sur pied.

 

GP du Japon

01   L.Hamilton   Mercedes 44 tours 25
02   N.Rosberg   Mercedes +9.1 18
03   S. Vettel   Red Bull +29.1 15
04   D. Ricciardo   Red Bull +38.8 12
05   J. Button   McLaren +67.5 10
06   V. Bottas   Williams +113.7 8
07   F. Massa   Williams +115.1 6
08   N. Hülkenberg   Force India +115.9 4

 

03/10/2014

Le Grand Prix du Japon: Une course qui s'annonce orageuse...

Planifié en fin de saison, Suzuka est souvent un juge de paix pour l’attribution du titre mondial. Il ne devrait pas en être autrement cette année, avec les deux pilotes Mercedes Lewis Hamilton et Nico Rosberg qui se tiennent au coude à coude au championnat. Les premiers essais ne laissent d’ailleurs guère de doutes quant aux forces en présence au japon, puisque les deux flèches d’argent ont réussi les meilleurs temps des premiers essais libres. Seront-elles aussi rapides sous la pluie annoncée dimanche ? L’attitude des deux pilotes sera-t-elle encore guidée par la bataille ou assureront-ils des points au vu des conditions ? Autant de points donc à vérifier ainsi que la bonne forme des McLaren-Mercedes lors des premiers tours de piste au pays du motoriste Honda, futur propulseur de McLaren.

arton36540.jpg

Honda qui pourrait d’ailleurs être au centre de toutes les attentions et spéculations, puisque Fernando Alonso serait annoncé en partance de chez Ferrari pour rejoindre McLaren-Mercedes.
L’annonce pourrait avoir lieu à Suzuka ou dans les prochaines semaines, mais nul doute que l’équipe de Woking et le motoriste Japonais semblent sur la bonne voie pour annoncer un grand coup.

Quant au départ de la course qui devait initialement avoir lieu à 8 heures (heure GM+1, Europe), elle pourrait être déplacée à 4h du matin, soit 11h locale à cause de précipitations trop fortes, consécutives à un dangereux typhon autour de la région. La décision finale devrait tomber samedi matin.

arton36550.jpg

 

 

 

 

 

 

 

02/10/2014

Bientôt une Formule 1 à 10 équipes de 3 pilotes ? Tout dépendra des petites écuries...et de Bernie Ecclestone

Alors que la situation de l’équipe suisse Sauber est de plus en plus alarmante, Peter Sauber cherche des solutions pour l’avenir et surtout pour le court-terme. Si la vente au milliardaire Lawrence Stroll a échoué voici 10 jours (désaccord financier), l’équipe Suisse ne désespère pas de trouver un éventuel repreneur ou nouvel actionnaire d’ici la fin de la saison. Et le temps presse, car avec aucun point marqué cette année, ce n’est pas les gains de la FIA qui vont renflouer les caisses.
LA FIA, parlons-en justement. Elle se dit de plus en plus inquiète pour les «petites écuries » et il n’y a que Sauber qui soit dans une situation délicate. Caterham, Marussia et Lotus également semblent en proie à de gros soucis financiers.

f1,formule 1 à 10 équipes,3 voitures par équipes en f1,sauber en difficulté,sauber

Si Caterham auparavant financée par Tony Fernandes a été rachetée par un «mystérieux » fonds d’investissement du Moyen-Orient, elle ne semble de loin pas sauvée. Preuve en est, le tournus constant des pilotes dans le baquet, choisis en fonction de leur chéquier plutôt que de leur talent.
Pour Marussia, le constat n’est guère meilleur, malgré les deux points marqués par Jules Bianchi à Monaco. Ainsi, Max Chilton se voit obliger d’aligner les millions de course en course, sans être certain que cela suffise à sauver la petite écurie. On dit d’ailleurs que Lawrence Stroll serait rentré en pourparlers pour un rachat, suite à son échec avec Sauber. Enfin la dernière nommée, Lotus connaît- elle aussi toutes les peines du monde tant au niveau sportif que financier. Elle a par contre semble-t-il réglé plusieurs de ses dettes, grâce notamment à son « assurance survie » Pastor Maldonado.

Bien que les écuries nommées plus haut ne disparaitront pas toutes (heureusement), le risque d’en perdre deux ou trois d’entre-elles est bel et bien réel voir assez élevé. Cela Bernie Ecclestone l’a bien compris et il sait que ce n’est maintenant malheureusement plus qu’une question de temps.
Alors oui, face à une telle situation et sans autre meilleure solution, cette alternative semble bien la plus attrayante et la moins pénible. Car se retrouver à 16 voitures par course n’est pas une finalité en soi pour la FIA et encore moins pour Bernie et ses droits de télévisions.
D'autre part, une 3ème voiture (re)ouvre également les portes à des pilotes de talents, qui n'auraient pas eu cette chance dans des petites équipes qui leur auraient préféré des pilotes payants. Cette solution est donc aussi une parade face à la montée des enchères dont abusent certains pilotes et certaines écuries. Ainsi un Sébastian Buemi aurait-il peut-être sa place chez Red Bull dans une 3ème voiture ou un Jules Bianchi chez Ferrari...Quoiqu'il en soit, cette solution coûtera elle aussi très cher, puisque Mercedes a déjà évalué une somme proche de 30 millions par saison afin d'aligner une 3ème voiture.

f1,formule 1 à 10 équipes,3 voitures par équipes en f1,sauber en difficulté,sauber

Dans ces conditions, il sera donc primordial de ne pas tomber dans une autre problématique d’augmentation drastique des couts. De plus, il n’est pas certain que les équipes du milieu de plateau comme Williams, Force India ou Torro Rosso aient les moyens d’aligner cette 3ème voiture. Enfin, comment attribuer les points de ce pilote supplémentaire ? Aurait-on alors 3 pilotes d’une seule écurie sur le podium ? Vous l’aurez compris, il y a donc encore beaucoup d’éléments à clarifier afin d’éviter que la solution trouvée se transforme en celle du serpent qui se mord la queue…
Mais avant cela, espérons pour les petites équipes dont les Suisses de Sauber qu’ils parviennent à sauver leur peau et s’offrir un futur viable dans cette période économique très difficile.