25/02/2014

Une nouvelle équipe en Formule en 2015 ? Est-ce vraiment une question de quantité ou de qualité?

Comme la FIA l’avait annoncé en début d’année, elle a officiellement lancé en ce mois de février son appel d’offres afin d’intégrer dès la saison 2015 une nouvelle écurie en Formule 1. Et selon les dernières nouvelles, 3 équipes auraient présenté leurs candidatures afin de rejoindre le championnat en vue de la prochaine saison ou pour 2016.

D’après les spécialistes du monde de la Formule, les 3 candidats seraient Haas Racing, Stefan GP et Collin Kolles Racing (Kodewa). Si les Serbes de Stefan GP en sont à leur énième tentative avec un projet qui ne semble à nouveau pas tenir la route (notamment au niveau du budget), les deux autres prétendants semblent être de sérieux candidats. En effet, Gene Hass qui est le copropriétaire de Haas Racing participe déjà au championnat nord-américain Nascar et aurait le budget et les ressources nécessaires pour monter une équipe de Formule 1. L’américain dispose notamment d’une soufflerie « Windshear » à Charlotte en Caroline et aurait prévu de courir la première saison sur un châssis Dallara à moteur Ferrari. Face au projet qui semble être très sérieux et très réaliste, la plus grande difficulté pourrait bien être l’obstacle Bernie Ecclestone qui se montre depuis plusieurs années sceptiques face à une entrée d’une équipe américaine en Formule 1.

sdgsdgsd.jpg source: Haas Racing

Le deuxième projet qui semble pouvoir tenir la corde ou plutôt la piste est celui de Collin Kolles Racing et de sa structure Kodewa. Bien que nous ayons moins d’informations que pour Haas Racing, celui qui a notamment été de l’aventure HRT ou Force India aurait un projet avec des investisseurs roumains et uen éventuelle participation du constructeur automobile Dacia qui pourrait rouler avec un moteur Renault badgé. Sa candidature mériterait donc d’être étudiée, mais il aurait  toutefois très certainement l’obligation de donner plus de précisions et de garanties à la FIA pour passer la rampe. Il se murmure d’ailleurs que si les deux projets étaient de qualité, il se pourrait que les portes de la F1 ne s’ouvrent pas à une mais à deux équipes finalement pour 2015 ou 2016. Une décision définitive est attendue pour le 28 février prochain, avec comme risque également non négligeable  de ne voir aucune écurie obtenir le précieux sésame pour la Formule 1.

Si tel est le cas et que les trois écuries intéressées se voient toutes refuser leur candidature, le monde de la F1 devra donc légitimement se poser la question cruciale, de savoir dans quelle direction se diriger pour le futur. Est-ce que des réductions de coûts et de budgets ainsi que l’hypothétique plafonnement de budgets doivent être mis sur pied afin de garantir la pérennité du championnat tel qu’il se présente actuellement ? Est-ce que l’on parviendra à rester avec 11 ou 12 équipes composées de 2 pilotes (total de 24 pilotes sur le plateau), dont seulement 4 semblent avoir les reins assez solides pour assurer leur survie sans apports  financiers de pilotes ou autres grands sponsors ? Les petites équipes parviendront-elles à maintenir leur budget conséquent sur le long terme ?

Ou alors, est-ce que l’on se dirige carrément vers une Formule à 2 vitesses, avec au maximum 8 équipes composées de trois pilotes, ce qui donne également 24 pilotes sur le plateau mais réparties en 4 équipes de constructeurs puissants (Ferrari, Mercedes, McLaren/Honda et Red Bull/Renault) et 4 équipes privées, certaines beaucoup plus faibles mais néanmoins assez solides financièrement pour survivre (équipes historiques comme Williams, Sauber). Ce serait donc enfin la Formule 1 dont rêve en secret  le très influent Bernie Ecclestone et ses vœux les plus fous seraient donc exaucés. Ce ne serait par contre pas la F1 que vise la F1 et dont rêvent Jean Todt, la FIA et les passionnés de ce sport automobile. Alors tout est-il vraiment une question de qualité ou de quantité, ou est-ce simplement une question d’envie et de se donner les moyens d’y parvenir ?

15/02/2014

Bientôt une femme en Formule 1 ? Sauber engage une Suissesse

Personne ne s’attendant à pareille nouvelle de la part de l’équipe Sauber, mais la nouvelle est tombée ce vendredi. Le Team Suisse basé à Hinwil,  a en effet annoncé avoir engagé comme pilote affiliée (notamment pour des essais) la Suissesse Simona De Silvestro. La jeune femme de 25 ans, a fait la plupart de sa carrière aux Etats- Unis, et a notamment couru les 4 dernières saisons en Indycar. Partie à l’âge de 18 ans de l’autre côté de l’Atlantique, De Silvestro a connu un début de carrière difficile, avant d’enfin obtenir sa chance auprès d’équipes assez compétitives et de signer lors de la saison 2013 son premier podium en Indycar avec une 2ème place à Huston. Grâce à cette performance, elle deviendra seulement la 3ème femme à signer un podium dans cette catégorie reine aux USA. Cependant, le rêve ultime de la jeune Simona est bien de participer à un Grand Prix de Formule 1, et c’est dans cette optique-là que l’équipe Sauber l’aidera à obtenir la superlicence nécessaire afin d’avoir le droit de concourir en F1.

BgbZ3o1CIAAHz6L.jpg

                              Source de la Photo: Twitter Officiel Sauber F1

De Silvestro aura ainsi la possibilité de participer à des essais en piste, aura accès au simulateur et sera coaché par les Suisses avec une préparation physique et mentale spécifique. Alors que l’on a souvent reproché par le passé à Peter Sauber et son équipe de ne pas vouloir donner sa chance à de jeunes pilotes Suisses talentueux comme Sébastien Buemi ou Fabio Leimer, Sauber prouve sur ce coup-ci qu’elle peut aussi soutenir la relève de son pays et d’autant plus qu’il s’agit cette-fois d’une femme. Est-ce que le fait que la Team Manager en la personne de Monisha Kaltenborn soit une femme a joué u rôle prépondérant ? Très certainement. Quoi qu’il en soit Simona De Silvestro en est très reconnaissante, comme elle l’a déclaré en marge de l’annonce officielle : "Sauber a une grande histoire et c’est la seule écurie suisse en Formule 1, ce qui rend les choses encore plus excitantes. Je tiens à remercier Monisha Kaltenborn et Peter Sauber pour leur soutien et leur foi en mes capacités. Merci à eux de me donner cette chance. Je suis si excitée de pouvoir profiter de leur équipe pour me préparer à ce nouveau défi."

Alors, enfin à nouveau un(e) pilote Suisse en Formule en 2015 ? Nous le verrons bien, car Sauber est pourtant déjà bien équipé en pilotes de réserve.  En effet, avec le jeune Russe Sergei Sirotkin et le Néerlandais Giedo Van der Garde qui sont d’ores et déjà assurés d’effectuer des essais le vendredi de Grand-Prix cette année, le choix sera difficile, et d’autant plus que les deux hommes apportent un budget et des sponsors non négligeables. Affaire à suivre et jeune Suissesse à suivre conclurons-nous.

13:39 Publié dans Economie, F1, Femmes, Formule 1, Loisirs, Monde, Sports, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | |

01/02/2014

La Caterham CT05 aussi dévoilée à Jérez: une voiture assez laide ou un coup de poker?

La toute nouvelle Caterham a également été présentée pendant les essais de Jérez, avec toutefois un léger retard suite à des complications techniques de dernière minute. Et le moins que l'on puisse dire c'est que l'équipe de Tony Fernandes n'y est pas allée par quatre chemins. Si la présentation a été discrète et sobre, ce n’est pas le cas pour la voiture. En effet, la forme et le design sont vraiment des plus étranges et excusez-nous du terme, assez laids. Est-ce un coup de poker de l'équipe Malaisienne, est-ce un calcul, est-ce un stratagème réfléchi, un premier jet ou tout simplement un test ? Personne ne le sait vraiment et il sera vraiment intéressant de voir comment l'aérodynamisme de cette Caterham 2014 va évoluer. La seule chose que l’on peut dire avec certitude pour le moment, c’est que la CT05 a bien pris la piste et roulé pendant tous les essais dans cette configuration.

Certains sont certainement déjà en train de froncer les sourcils et de se demander ce que cette Caterham a d’étrange, mais un simple coup d’œil sur le museau ou plutôt le drôle de nez avant de la monoplace suffit. Ainsi certains y verront un double nez, d’autres un nez de « tank », ou encore un nez en triangle avec une pointe arrondie. Quoi qu’il en soit, les deux nouveaux pilotes Kamui Kobayashi et Marcus Ericsson auront fort à faire pour hisser cette voiture un peu plus haut que l’année dernière, sous peine de voir l’aventure Caterham en Formule 1 se terminer fin 2014 si Tony Fernandes met ses menaces à exécution. Vous me direz que ce n’est guère difficile, puisqu’ils avaient terminés à la dernière place l’an dernier et que le grand argentier Bernie Ecclestone saura convaincre Fernandes de ne pas s’arrêter là. Cependant l’homme d’affaire Malaisien voudra certainement que son équipe marque un ou deux points pour être convaincu de continuer.

BfFHmsHCIAAAtTP.jpg

Si on a déjà parlé du design de la voiture, arrêtons-nous un peu sur les couleurs et les sponsors de cette livrée 2014. Comme lors de la dernière saison, Airbus, Dell et Intel sont de la partie. Quant à General Electric et Safran ils sont eux aussi présents sur la nouvelle voiture, qui a gardé ses couleurs vertes chromées qui peuvent tourner au vert pétant suivant la luminosité. Pour sa cinquième participation au championnat, l’équipe a par ailleurs décidé se doter d’une nouvelle identité au niveau de la marque, avec un tout nouveau logo qui reprend le symbole de l’Union Jack mais nuancé de vert (les couleurs de Caterham). Cela peut paraître curieux au premier abord, mais le patron de l’équipe a donné sa petite explication sur le pourquoi du comment cette semaine à Jérez : « L’Union Jack aux couleurs de Caterham est notre commémoration de l’héritage britannique de Caterham. La marque Caterham existe depuis plus de 40 ans, et nous sommes fiers de mettre en valeur l’ingénierie britannique et notre héritage britannique ». Ce clin d’œil s’explique aussi par le fait que l’usine et toute l’ingénierie de l’équipe Malaisienne est basée à Leafield (Grande-Bretagen) non loin de la ville d’Oxford. On conclura par dire que si les ingénieurs ont réalisé une voiture assez laide, les hommes de Fernandes se seront au moins rattrapés sur leur nouveau logo.

BehDyGeCMAAulbq.jpg

Avis personnel :
Il va de soi que la saison 2014 de Caterham risque de ne pas être plus facile que la 2013 et je ne m’attends pas à de grands exploits de leur part. Toutefois il serait dommage de voir disparaître cette équipe assez sympathique des grilles de la Formule 1. Je compte sur ce point sur la fougue et la talent du Japonais Kamui Kobayashi qui méritait vraiment de retrouver une place en Formule 1. Je n’en dirai pas autant de Marcus Ericsson qui pour moi va traîner en dernière position toute la saison, et je me dis que l’équipe avait vraiment besoin d’argent, sinon je ne vois pas comment on a pu écarter le Français Charles Pic à son profit. Quant à l’aérodynamisme de cette Caterham, je me demande à quel jeu a voulu jouer l’équipe ? A quitte ou double ou à nez double ? A moins que ce ne soit un coup de génie (ce que je doute), ce nez avant a déjà commencé à en démanger, pardon irriter plus d’un, dont peut être notre ami Bernie Ecclestone.

                          Toutes les images du site Twitter de Caterham F1