11/07/2014

Caterham vendue : Tony Fernandes tient parole et passe la main à un consortium d’investisseurs suisses et du Moyen Orient

Tony Fernandes est un homme de parole, et pour ceux qui en doutaient encore, sa dernière action aura donc fini de les convaincre. En effet, en début d’année, il avait annoncé la couleur en clamant lors de la présentation de la voiture que si l’équipe effectuait une nouvelle fois une saison décevante sans marquer de points, il n’hésiterait pas à se retirer et vendre son équipe. En d’autres termes, arrêter d’injecter des millions dans une équipe qui n’a jamais vraiment évolué ces dernières années.
Cependant, beaucoup espéraient finalement que ce n’était qu’une sortie afin de motiver son équipe et pilotes.
Mercredi 2 juillet dernier, l’homme d’affaire malaisien est donc passé de la parole aux actes, en vendant l’équipe Caterham entière à un consortium d’investisseurs en provenance de Suisse et du Moyen Orient. Si on ne connaît pas le prix exact (autour des 400-500 millions euros), une autre question intrigue grandement tous les observateurs de la Formule 1. Mais qui sont donc des investisseurs venus de Suisse et du Moyen-Orien ? Sont-ils sérieux ? Parle-ton là de ceux qui avaient déjà essayé de racheter Sauber voici quelques années (au moment du retrait de BMW) ?
Vous le constaterez beaucoup de questions et de zones d’ombres restent encore à éclaircir, malgré le fait que la vente ait déjà été effectuée et validée par la FIA.

Tony-Fernandes-007.jpg

En ce qui concerne la direction de l’équipe, elle est nouvellement prise par Colin Kolles et l’ancien pilote de F1 Christijan Albers. Là aussi une nouvelle surprenante, puisque l’on attendait plutôt Kolles sur un autre projet, celui de la création d’une 13ème équipe en Formule 1, avec son projet Forza Rossa (projet Roumain). Sauf que, après vérification il s’agit ici bien de son projet Forza Rossa et que le l’homme d’affaires qui a déjà dirigé HRT, Midland et Jordan a finalement préféré racheter une équipe existante, plutôt que de créer et mettre sur pied une nouvelle équipe. Cela enterre donc le projet d’une 13ème équipe en F1, mais il économise au passage 20 millions de frais administratifs et d’inscriptions. De plus, cela montre les difficultés et les liites pour une nouvelle équipe d’arriver en Formule 1, le fait de déjà pouvoir conserver 11 équipes étant un exploit…

sdtgs.png
Colin Kolles

Quant à la dénomination de l’équipe, il reste pour le moment sous le nom de Caterham, un changement en course de saison étant très difficile. L’usine basée à Leafield sera aussi maintenue au moins jusqu’au terme de la saison (la Monoplace 2015 devant aussi y être conçue), le but avoué étant de récupérer cette fameuse 10ème place au classement constructeur synonyme de 30 millions d’euros de droits distribués par la FOM. Nul doute que la bataille sera rude et difficile avec Marussia et Sauber, Collin Kolles ayant déjà mis la pression sur ses pilotes après un GP de Grande-Bretagne compliqué.

arton35062.jpg

Pour conclure, revenons encore une fois au sujet des investisseurs et de Christijan Albers. Le rôle du Néerlandais est-il si important qu’il en a l‘air sur l’organigramme ? A-t-il apporté une fortune personnelle dans l’aventure ? Enfin au niveau Suisse, pourquoi ces obscurs investisseurs venus de Suisse et n’ont préféré soutenir uen équipe historique et déjà en palce depuis plus de 10 ans, de surcroît avec une soufflerie des plus moderne ? Le mystère reste énorme, à moins que ce soit Monisha Kaltenborn trop tournée vers ses investisseurs Russes qui sont annoncés pour la énième fois sur le retour qui n’ait pas daigné s’intéresser à eux ? Les prochains jours et la pause estivale nous délivreront certainement des éléments de cette énigme...

 

17/05/2014

Venez tester un simulateur de F1 à l'EPFL et participer à la fête Vivapoly

Intéressons- nous aujourd’hui à un évènement qui aura lieu dans la région lausannoise ce jeudi 22 mai. En effet, comme chaque année l’EPFL organisera la fête de  l’Ecole prénommée Vivapoly. Pour cette 22ème édition, plus de 50 stands et animations seront disponibles sur l’Avenue Piccard. Comme l’année dernière tous les participants seront bienvenus sur les différentes scènes musicales, scènes d’humour, roller Park et aussi au simulateur de F1.

simulateur-f1-1643.jpg

Ainsi, comme l’année dernière, un concours sera organisé avec deux simulateurs de F1 disponibles où tous les participants pourront tenter de battre le record du tour sur le circuit qui sera déterminé. Si l’année dernière le meilleur tour avait été réalisé par le prodige Mathéo Tuscher maintenant engagé en GP3 chez Jenzer Motorsport et qui vient de fêter son premier podium dans la catégorie, cette année les participants auront l’honneur de défier Lucas Légeret 12 ans et futur prodige Suisse. Le jeune Vaudois a notamment terminé 3ème du championnat suisse de kart et roule en WSK Master Séries cette année.
 
Alors, envie de faire la fête à l’EPFL et de défier un futur champion de Formule 1 ? Venez tester vos capacités à Vivapoly ce jeudi 22 mars dès 17 heures et tenter de remporter le concours de simulateur de F1.

Pour plus d’infos http://vivapoly.epfl.ch/2014

header-middle.jpg 
Site officiel de Lucas Légeret: www.lucas-legeret.ch/fr/accueil/
Site sur Mathéo Tuscher: http://www.gp-hub.com/driver/matheo-tuscher/



07/05/2014

Sauber en état de crise...

Qui pour sauver un écurie Sauber à l’agonie ?

Avec un début de saison catastrophique, l’équipe Suisse Sauber réalise probablement le plus mauvais début de championnat de son histoire. En plus d’un manque cruel de rapidité, c’est également la fiabilité qui fait défaut. Le bilan après 4 courses est bien maigre, avec pour meilleurs résultats les 11ème et 12ème places,  à un tour du vainqueur, récoltés respectivement par Adrian Sutil et Estéban Gutierrez lors du premier Grand Prix de la saison en Australie. La suite ne sera que plus désastreuse, avec 2 doubles abandons en Malaise et Bahreïn (moteur, boite à vitesse, accrochage) et une 16ème place pour Estéban Gutierrez au GP de Chine. Au-delà des performances et résultats, c’est aussi la santé financière de l’équipe chère à Peter Sauber qui inquiète les fans et le monde de la Formule 1. Comment en est-on arrivé là ? Et surtout, comment juguler cette descente aux enfers de l’écurie d’Hinwil ?

f1,formule 1,sauber,l'équie sauber en difficulté,quel avenir pour sauber,sauber manque d'argent,un pilote payant poru sauber,mcgregor f1

Une voiture trop lourde ?
Une première piste serait le poids excessif de la Sauber C33. Un monoplace qui serait trop lourde d’au moins 10 kg par rapport à ses concurrentes. De plus, la grande taille (et donc leur poids) d’Estéban Gutierrez et d’Adrian Sutil ne facilitant pas les choses. Le moteur Ferrari semble être également en cause.  Ainsi le bloc moteur italien est plus lourd et moins performant que ses concurrents, notamment sur les lignes droites. Afin de remédier à ces problèmes, les ingénieurs se sont donc mis au travail et une version évoluée de la voiture avec 20 kg de moins devrait être au départ du GP d’Espagne ce week-end. Si une telle réduction de poids semble être possible, c’est que les responsables du moteur Ferrari ont eux aussi fait un travail acharné ces derniers jours du côté de Maranello afin de réduire le poids de leur propulseur, tout en améliorant son rendement. Adrian Sutil et Estéban Gutierrez n’auront donc pas besoin de se mettre au régime. Plus sérieusement, on espère que ces changements se verront sur la piste, et rapidement.

f1,formule 1,sauber,l'équie sauber en difficulté,quel avenir pour sauber,sauber manque d'argent,un pilote payant poru sauber,mcgregor f1

Des pilotes… payants ?
Un autre souci majeur et peut-être même crucial pour la survie de l’équipe, est sa santé financière. En effet, comme tout le monde le sait, Sauber doit faire face depuis maintenant presque deux ans à des problèmes financiers et lutte toujours pour garantir les fonds nécessaires à sa survie. C’est donc sans surprise qu’Estéban Gutierrez, soutenu par Carlos Slim l’homme le plus riche de la planète, a rempilé pour un an supplémentaire en amenant avec lui une valise de sponsors Mexicains (Telmex, Claro). Le choix d’Adrian Sutil n’est pas non plus basé uniquement sur ses qualités reconnues de pilotes. L’Allemand emmène dans ses bagages son sponsor personnel Medion, qui selon plusieurs sources lui paierait la totalité de son salaire.

Enfin, nouveauté cette année, le pilote de réserve Diego Van der Garde a amené son propre sponsor McGregor, ce qui lui permettra non seulement de participer à plusieurs séances du vendredi matin (dès ce GP d’Espagne), mais aussi à contribuer à remplir les caisses de l’écurie de près de 2 millions d’euros. Quant à Simona de Silvestro, engagée comme « pilote affiliée » sans que personne ne sache vraiment ce que cela signifie, elle a réalisé des tests à Fiorano au volant d’une Sauber complétement décoré aux couleurs de son sponsor personnel.  Soyons certains que Sauber aura là aussi récolté un peu d’argent. En finalité on se rend compte que Sauber n’a donc pas le choix et est obligé de recourir à des pilotes payants pour sa survie. Heureusement il l’a fait assez intelligemment avec des pilotes d’expérience ou connaissant la F1. Cependant, on ne mentira pas en disant qu’on ne peut qu’être déçus des performances des deux pilotes titulaires. On attendait clairement plus de leur part.

Une piste Russe gelée ?
On aimerait pouvoir affirmer que la survie de l’équipe dépendra des futures performances en course des monoplaces de Hinwil, mais rien n’est moins sûr…
La présence du jeune Sergey Sirotkin, partie intégrante de l’équipe mais en temps que réserviste et non titulaire comme initialement prévu, prouve bien que la survie de Sauber se joue encore à côté de la piste. En effet, l’argent de Russie semble ne pas être encore arrivé et les tensions de plus en plus fortes en Ukraine et en Russie ainsi que le gel de plusieurs comptes et transactions avec l’Europe n’ont fait que glacer un peu plus des négociations déjà bien compliquées et presque au point mort.

f1,formule 1,sauber,l'équie sauber en difficulté,quel avenir pour sauber,sauber manque d'argent,un pilote payant poru sauber,mcgregor f1

C’est dans cette perspective que la Team Manager, Monisha Kaltenborn, devra peser de toutes ses forces et de concert avec les autres petites équipes auprès de la FIA, afin qu’un accord puisse être trouvé sur la réduction des coûts ou la création d’un budget plafond. Si Force India vient de signer un gros sponsor avec la boisson Smirnoff, du côté Suisse on ne voit toujours rien venir. Alors espérons que le Team et ses pilotes sauront se ressaisir au plus vite, sans quoi la noyade des premières courses se transformera en naufrage collectif fort dommageable pour le sport automobile Suisse et l’histoire de la Formule 1.
Crédit des photos @Sauber F1 Team