22/02/2016

Premiers tours de pistes pour la Formule 1 en 2016 : les Suisses discrets

Après le triomphe de Lewis Hamilton et de l’équipe Mercedes au cours de la saison 2015, les compteurs ont été remis à zéro pour cette nouvelle année, mais les dominateurs de hier semblent bien encore avoir les meilleures cartes pour demain. Entendez par là que les pilotes Mercedes devraient à nouveau pouvoir dominer la hiérarchie, les règles ayant peu évolué à l’intersaison. Quant à l’écurie suisse Sauber et au franco-suisse Romain Grosjean, parviendront-ils à exister cette année ? Premier éléments de réponse sur le circuit de Barcelone du mardi 22 au jeudi 25 février avec les premiers essais.

Il était de coutume que les équipes présentent leurs nouvelles monoplaces peu de temps avant les premiers essais hivernaux. Néanmoins, crise oblige, depuis quelques années maintenant les écuries ont pris l’habitude de présenter leur nouvelle voiture uniquement sur le web ou de dévoiler leur nouvelle création lors du premier jour d’essais. Ce fut d’ailleurs le cas aujourd’hui et notamment pour Sauber qui a présenté ses nouvelles couleurs sur la voiture 2015, l’équipe d’Hinwill n’ayant pas eu suffisamment de moyens et de temps afin de pouvoir compter sur leur nouvelle monoplace dès les premiers essais de Barcelone. Marcus Ericcson et Felipe Nasr reconduits cette année devront donc encore patienter un peu avant de jauger leur nouvel outil de travail. Quoi qu’il en soit Marcus Ericcson a pu tester les nouveaux pneumatiques et quelques setups pour cette saison avec son ancienne voiture arborant la livrée 2016. Son temps n’est donc finalement qu’anecdotique bien soit repoussé à plus de trois secondes des meilleurs. La meilleure chose à faire pour les Suisses sera donc de tirer le maximum d’informations de cette première salve d’essais et de profiter de faire le plus de test possibles. En espérant qu’ils ne prennent pas trop de retards et que la voiture 2016 leur délivre de belles surprises.

Pour Romain Grosjean, la donne devrait être sensiblement identique, le franco-genevois ayant décidé de changer d’équipe pour cette saison. Fraîchement arrivé dans la nouvelle écurie américaine Haas Racing, l’ancien pilote Lotus devra tout d’abord apprendre à travailler avec ses nouveaux mécaniciens et le moteur Ferrari qui propulsera la monoplace du Team de René Hass. Bien que néophyte cette année, l’équipe à la bannière étoilée devrait avoir plusieurs cordes à son arc, ayant notamment eu un an pour se préparer. Le Team a en effet privilégié de retarder son entrée en piste et de choisir un pilote d’expérience comme Grosjean plutôt que de débuter sans repères l’an dernier. Espérons pour le natif de Genève que ce choix soit judicieux et qu’il lui permette de marquer de gros points dès cette saison, lui qui avait tant donné pour son ancienne écurie Lotus devenue Renault à l’entre-saison. Ses premiers tours de pistes ont d’ailleurs été un peu poussifs avec quelques soucis et la perte d’un aileron notamment. Mais il a ensuite pu enfin boucler plusieurs tours rapides, restant toutefois à près de 3 secondes et demi des meilleurs.  Alors espérons pour lui que son moteur Ferrari fasse des miracles, lui qui voudrait tant se profiler pour conduire dès 2017 au sein du grand Team de la Scuderia à travers ce passage dans ce Team allié des Italiens.

Pour conclure, n’oublions pas de parleurs des meilleurs nommons Ferrari, Mercedes et les autres. Le meilleur temps de la journée fut d’ailleurs pour Sebastien Vettel qui avec la nouvelle monoplace au cheval cabré a réussi à devancer la flèche d’argent du champion du monde Lewis Hamilton et la Red Bull de Daniel Ricciardo. Le Britannique était pour sa défense plutôt sur un monde longue distance que vitesse. Alors premier indice ou simple entraînement ? Réponse dans les prochaines semaines.

Les commentaires sont fermés.