12/04/2015

Hamilton remet les choses au point au GP de Chine, nouveau doublé Mercedes

Lewis Hamilton a remporté de la tête et des épaules le  3ème Grand-Prix de la saison disputé  sur le circuit de Shanghai. Le Britanique a devancé son coéquipier Nico Rosberg et Sebastian Vettel. C’est  la 3ème fois en autant de Grand-Prix que les 3 pilotes trustent le podium. Le Franco-Genevois Romain Grosjean et les deux Sauber dans les points.

S’élançant de la pole-position, Lewis Hamilton n’a laissé aucune chance à son coéquipier et encore moins à ses autres adversaires dès le premier virage. Auteur d’un très bon départ, il compte rapidement plusieurs secondes d’avance sur ses poursuivants. Mieux, il creuse encore un peu plus l’écart avant son premier arrêt au stand, pour disposer d’une confortable avance sur Nico Rosberg.

L’Allemand est lui plus menacé par les deux Ferrari de Sebastian Vettel et Kimi Raikkonnen qui l’obligent à être constamment attentif dans ses rétroviseurs. Pas assez rapide pour recoller à Lewis Hamilton, Rosberg vivra une course plus agitée que son coéquipier. Derrière cers pilotes, on peut presque parler d’une claire hiérarchie, puisque les deux Williams précèdent les deux Lotus, les deux Sauber et Toro-Rosso, alors que les Red Bull et McLaren-Honda font pâle figure en queue de peloton.

Romain Grosjean (Lotus) 7e

Dans une course malheureusement à nouveau assez monotone en tête de course, Pastor Maldonado tente bien d’animer les débats en manquant son entrée au stand, puis en sortant sans mal de la piste avant d’être heurté par un Jenson Button pas totalement innocent sur ce coup-là. Son coéquipier Romain Grosjean sera lui beaucoup plus enthousiaste à la fin de la course, puisqu’il saura profiter de la bonne performance de sa voiture et du nouveau moteur Mercedes pour se hisser à une belle 7ème place. Le Franco-Genevois était d’ailleurs tout sourire à la fin du Grand-Prix.
Romain Grosjean :« Nous avons fait du bon travail pour améliorer la voiture course après course et c’est formidable de marquer enfin des points. La prochaine course devrait être prometteuse aussi ! »

Course aussi à nouveau désolante pour les Red Bull avec Kvyat qui abandonne sur panne moteur et Ricciardo qui malgré son talent et de beaux dépassements ne fera mieux qu’une 9ème place ce qui le classe juste entre les deux Sauber de Felipe Nasr 8ème et Marcus Ericcson 10ème. Très bonne course donc à nouveau pour le Team de Hinwill et de précieux points pour le classement des constructeurs. Avec cette performance, les hommes de Monisha Kaltenborn remontent d’ailleurs à la 4ème place devant Red Bull ou encore McLaren-Honda.

Sauber place ses deux monoplaces dans les points

Déjà peu en verve avec Red Bull, Renault va encore malgré elle décider du sort de cette course, puisque le vaillant Max Verstappen qui pointe alors à une belle 8ème place va lui aussi être trahi à 4 tours de la fin sur la ligne droite des stands par une défaillance de son moteur.  Ce Grand-Prix de Chine qui ne restera pas dans les mémoires pour le peu de spectacle vu sur la piste se termine donc sous le régime du Safety Car et avec des commissaires de pistes qui ont toutes les peines du monde à dégager la Toro-Rosso du jeune Néerlandais.
Lewis Hamilton ramène donc tranquillement sa monoplace sur la plus haute marche du podium et augmente son avance au championnat à 13pts sur Vettel et 17pts sur Rosberg.

GP de Chine

01   L. Hamilton   Mercedes 56 tours 25
02   N. Rosberg   Mercedes +0.714 18
03   S. Vettel   Ferrari +2.988 15
04   K. Räikkönen   Ferrari +3.835 12
05   F. Massa   Williams +8.544 10
06   V. Bottas   Williams +9.885 8
07   R. Grosjean   Lotus +19.008 6
08   F. Nasr   Sauber +22.625 4
09   D. Ricciardo   Red Bull +32.117 2
10   M. Ericsson   Sauber +1 tour 1

08/04/2015

Ferrari premier contradicteur de Mercedes cette saison ? Le point avant le GP de Chine

Après un Grand-Prix d’Australie qui fut l’un des plus ennuyeux de ces dernières années, la seconde course de la saison en Malaisie a redonné le sourire et des émotions aux fans de Formule 1, et surtout aux fans de la Scuderia Ferrari. Hasard ou non, cette victoire des hommes de Maranello arrivait bien au meilleur moment, non seulement pour Sebastian Vettel mais aussi et surtout pour l’intérêt du championnat.

En effet, il est vrai qu’après l’étouffante domination des Mercedes à Melbourne, personne n’attendait les Ferrari et Vettel aussi bien placé et menaçants en Malaisie. Pire, certains se disaient presque déjà qu’on aurait droit à un remake de la saison 2014 en pire. Finalement peut-être que non, tant les hommes de Totto Wolff ont semblé surpris et sans solution miracle face à la montée en puissance de la Sucderia. Rapides en qualifications et plus économes avec leurs gommes, les bolides rouges ont donné des sueurs froides et maux de têtes aux flèches d’argents. Preuve en est d’ailleurs le changement de stratégie de Mercedes concernant la préparation des Grand-Prix puisque Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont été convoqués ensemble, une fois n’est pas coutume, au briefing avant la Chine.

f1-malaysian-gp-2015-sebastian-vettel-scuderia-ferrari.jpg

Alors le championnat est-il totalement relancé ? Il serait toutefois prématuré de l’affirmer, tant la suprématie de Mercedes semble encore forte et marquée. Le GP de Chine avec ses grandes courbes et longues lignes droites devrait d’ailleurs être un bon juge de paix pour se faire une idée sur la suite de la saison. Et si Sebastian Vettel mais surtout Kimi Raikkonnen seront capables de suivre le rythme des champions du monde en titre, alors nous pourrions assister à quelques belles passes d’armes cette saison, dans l’autre cas, Kuala Lumpur pourrait bien n’être qu’un mauvais souvenir pour Nico Rosberg et Lewis Hamilton.

Qu’en est-il des autres concurrents me direz-vous ? Au vu de ce qui a été présenté lors de ces deux premières courses, on aurait presque envie de dire qu’on pourrait assister à un championnat à deux vitesses avec Red Bull, Toro-Rosso, Williams et Sauber (la bonne surprise de ce début de saison) d’un côté et Force India, McLaren et Lotus de l’autre. Sans parler de Manor qui est quasi inexistante. Toutefois on connaît les exigences de Red Bull et Dieter Mateschitz et on voit mal comment les Autrichiens pourraient se permettre une seconde saison assez décevante. Partant de ce constat et avec un peu d’optimisme on se dit qu’on pourrait pourquoi pas assister à de belles batailles entre Mercedes, Ferrari, Williams et Red Bull cette année.

f1-malaysian-gp-2015-jenson-button-mclaren-mp4-30.jpg

De l’optimisme, il y en a en tous cas du côté de Sauber, qui semble avoir la voiture et le moteur pour marquer de précieux points cette saison et se rattraper d’une saison 2014 très médiocre. Ainsi le rookie Felipe Nasr pourrait faire vibrer les hommes de Hinwill et se mêler à la course aux gros points plus d’une fois cette saison. Tout le contraire de McLaren qui semble totalement larguée cette saison et pour qui les débuts avec le motoriste japonais Honda sont plus difficiles que prévu.

Espérons que ce début de saison prometteur tienne toutes ses promesses et que le prochain Grand-Prix de Chine ne nous fasse pas mentir. Réponse dès samedi avec les qualifications à 9heures et la course dimanche à 8heures.

01/04/2015

Un week-end de course avec Lucas Légeret jeune espoir Suisse de karting

Vous êtes-vous souvent posez la question à quoi ressemble une vraie course de karting ? Ou comment se préparent et vivent ces jeunes pilotes lancés à plus de 120 km/h qui seront peut-être les futures stars de demain ? Alors Intéressons-nous aujourd’hui au jeune Vaudois de 14 ans Lucas Légeret qui entame sa 2ème saison dans la prestigieuse compétition internationale WSK (World Series Karting).

Pour son âge, il s’agit de la plus haute catégorie de karting, puisque le championnat se déroule en Italie, Espagne, Grande-Bretagne ou encore à Macao. Vous l’aurez compris, Lucas fait donc partie des tous meilleurs pilotes de sa génération et s’illustre dans la plus prestigieuse compétition de son âge (les jeunes de moins de 16 ans ne peuvent pas encore courir en monoplace). Ses concurrents viennent d’ailleurs de toute l’Europe (Belgique, France, Italie, Russie..) et même de l’Asie avec des représentants de la Chine et Singapour).

_DSC7509_1a26623e95.jpg

En signant en fin d’année dernière au sein du Team officiel BirelART, Lucas s’est donné les moyens de ses ambitions puisque il a du même coup intégré l’Académie All Road notamment dirigée par Nicolas Todt (voir notre article : http://f1-faninfo.blog.24heures.ch/tag/lucas+l%C3%A9geret)
Si lors de la première course de sa saison sur le circuit d’Adria le jeune Vaudois s’était montré rapide mais avait manqué la finale suite à des problèmes techniques, il en était tout autre pour cette deuxième du calendrier en Italie à Castelleto di Branduzzo non loin de Pavia.
Arrivé en fin de semaine sur place, Lucas réalise de très bon temps dès le vendredi lors des essais libres et semble avoir trouvé de très bons réglages pour les différentes courses du week-end. Signant le 4ème meilleur temps des séries, il est malheureusement gêné ensuite en qualifications par des concurrents et doit partir de la 23ème position lors des 4 courses à points qualificatives pour la grande finale de dimanche.

2015_winter_cup_019_36c035d22d.jpg

Loin d’être découragé, le jeune Vaudois brille tant samedi sur le sec et que dimanche sous la pluie avec de superbes dépassements conclués par des remontées au classement général. Ces belles performances sont d’ailleurs suivies par une magnifique 5ème place lors de la pré-finale qui le classe 10ème sur la grille de départ de la grande course du dimanche après-midi.
Mais avant d’abord le moment le plus important du week-end, retour dans le stand de son équipe où Lucas va débriefer et analyser les données de la télémétrie avec ses mécaniciens et ingénieurs. Après cela, il sera encore temps de changer les derniers réglages pour la course qui s’annonce très pluvieuse. Au vu de la structure de son équipe et des moyens à dispositions sur place, les spectateurs et soutiens comprennent vite que nous sommes dans un monde de futurs champions où rien n’est laissé au hasard et où les pilotes ne se font aucun cadeau.

_DSC9663_4ce3abc733.jpg

Justement, des cadeaux Lucas Légeret n’en recevra pas tellement pour la course principale de cette manche de Castelleto. Sous une pluie battante qui vient de redoubler d’intensité, le Vaudois nourrit pourtant de légitimes ambitions. On se dit aussi que les conditions de course pourraient lui permettre de se mettre en évidence. Depuis une grille de départ digne des plus grandes courses, Lucas  réussit un très bon départ et remonte à une splendide 5ème place après seulement trois tours. Revenu juste derrière son coéquipier Belge Ulysse de Pauw et alors que la course est sous drapeau jaune, c’est à ce moment qu’un concurrent heurte l’arrière du karting de Lucas qui se retrouve bien malgré lui éjecté de la piste. Très remonté et on le serait pour moins, le Vaudois garde son sang-froid et commence une remontée spectaculaire sous la pluie. Prouvant qu’il ne méritait pas ce qu’il lui était arrivé, il passe ses concurrents les uns après les autres. Intérieurs, extérieurs, courbes rien ne l’arrête…mis à part la fin de la course.

sans-titre.png

Terminant finalement huitième malgré cet incident rageant, alors qu’un podium lui tendait les bras, Lucas se consolera très vite en voyant ses ingénieurs et son motoriste le féliciter pour sa magnifique  performance globale et sa vitesse de pointe. Il marque au passage de beaux points au championnat ce qui lui permet d’être parmi les quinze meilleurs du classement (sur 80 engagés). Prochaine course de Lucas dans le cadre des WSK Master Series les 11 et 12 avril sur le circuit de La Conca au Sud de l’Italie. Bravo à lui et bonne chance pour la suite de la saison.

Plus d’informations sur Lucas Légeret (Team Art Birel) :
http://www.lucas-legeret.ch/fr/accueil/