26/11/2014

Lewis Hamilton champion du monde 2014 : un titre mérité pour un pilote à maturité

Lewis Hamilton était fou de joie à l’issue du Grand-prix d’Abu Dhabi ce dimanche. Non seulement il venait de remporter son 11ème succès de la saison, mais il était surtout sacré  pour la deuxième fois champion du monde de Formule 1. Il rejoint ainsi au passage ses illustres compatriotes Graham Hill et Jim Clark au rang de double champion du monde.

Néanmoins, rien ne fut facile pour le Britannique cette saison.  A commencer par un abandon suite à une panne moteur lors du premier Grand-Prix en Australie. Son coéquipier Nico Rosberg en profite et creuse tout de suite le large au championnat. Mais Lewis est rapide et il remarque tout de suite qu’il a entre les mains une voiture de futur champion du monde. Quatre victoires consécutives le ramènent presque à égalité avec son coéquipier Nico. Cependant il reperd du terrain à Monaco où Rosberg l’empêche de réaliser la pole-position, et au Canada avec un abandon sur problème de freins. Mais l’homme a du caractère et le prouve en réalisant une superbe remontée pour remporter sa course à domicile à Silverstone. 

arton37569.jpg

Et ce qui devait fatalement se produire arriva en Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps, alors que les deux coéquipiers sont aux coudes à coudes et jouent depuis le début de saison à un jeu dangereux. Le jeu de celui qui sera le plus fort dans les duels et qui osera repousser les limites le plus loin possible. Et tout le monde attend que Hamilton commette l’irréparable. Mais finalement c’est bien Nico Rosberg ce dimanche-là à Spa qui franchit la limite en touchant Lewis et l’obligeant à l’abandonner sur crevaison.
Ainsi si Lewis se retrouve largué à 29 points au général après cette touchette fortement réprimandée par Totto Wolf, c’est peut-être ce jour-là qu’il remporte et prend un ascendant psychologique majeur sur le championnat.

En effet, Rosberg sait qu’il ne pourra plus se permettre aucune folie ou erreur, et le Britannique se rend compte qu’il est bien plu rapide que son coéquipier allemand. Poussant son rival à la faute à Monza pour lui ravir la victoire, il remporte ensuite 5 courses à la suite d’une main de maître. Ce qui lui permet d’arriver à Abu Dhabi avec 17 points d’avance mais surtout avec la maturité d’un champion du monde.

arton37441.jpg

Comprenez par-là que le pilote Anglais a appris de ses erreurs ou de ses succès. Car si son titre de 2008 était finalement un peu chanceux (glané dans le dernier tour), ses erreurs et débâcles en 2010 et 2011 sur et en dehors de la piste (plusieurs accrochages, séparation et retrouvailles avec Nicole Scherzinger qu’il étale au grand jour)  lui ont appris comment gérer une telle situation. Puis sa saison 2013 prouve qu’il a gagné en maturité (il ne préoccupe ni de Nico Rosberg ni des rumeurs des journalistes mais que de son propre pilotage ), et lui sert par ailleurs à couper le « cordon ombilical » McLaren en passant chez Mercedes. Sa consécration cette année et son deuxième titre ne sont donc pas le fruit du hasard, mais bien celui d’un pilote arrivé à maturité. Preuve en est encore s’il le faut, le fait que l’arrivée surprise dimanche matin de toute sa famille et de Nicole Scherzinger ne l’ont pas perturbé le moins du monde à Abu Dhabi. Mieux encore, il déclarait que son départ canon « lancé telle une fusée de la grille » était certainement le meilleur de toute sa carrière. Avouant au passage qu’il était « mille fois plus heureux » de ce deuxième titre synonyme de confirmation et parvenant à profiter pleinement du moment présent, Lewis Hamilton est déjà tourné vers la défense de son tire pour 2015…et plutôt deux fois qu’une.

arton37569.jpg
 

Les commentaires sont fermés.