13/08/2014

La Formule n’a pas voulu d’eux : Une génération gâchée (Partie 2)

Après la première partie publiée voici quelques jours, voici donc la suite sur ces talent qui n’ont malheureusement jamais pu atteindre la Formule 1. 
  

Luis Razia (Brésil, 1989)
Le Brésilien se voyait déjà au volant de la Marussia 2013, avant que tout finisse par s’écrouler peu avant le début de la saison. En effet, le sponsor brésilien qui semblait lui avoir garanti sa place sur la grille le lâcha au dernier moment ou plutôt c’est Marussia qui ne voyant pas l’argent promis arriver du Brésil, qui préféra titulariser Jules Bianchi pour 2013 avec la perspective d’obtenir le V6 Ferrari en 2014 ( le Niçois étant membre de la Young Driver Acadamy de Ferrari).
Lui Razia lui ne s’en remettra jamais, Bianchi faisant une excellente 1ère saison comme Rookie, Marussia obtenant le moteur Ferrari et les sponsors brésiliens restant aux abonnés absents. Après plusieurs saisons plus que moyennes en GP2, il se retrouve en GT séries et n’obtiendra certainement plus aucune chance en F1.

razia1-lg.jpg

Verdict : On a peur qu’il ait laissé passer sa chance. N’ayant pas le talent d’un Felipe Massa, le Brésilien ne pouvait monter en F1 qu’avec l’aide d’un gros chèque qu’il a perdu, à moins d’un miracle. Bianchi se dira lui que la F1 peut encore écrire de belles histoires  

 

Fabio Leimer (Suisse, 1989)
C’est le seul suisse de cette liste, ce qui est déjà un exploit en soit. Mais il a surtout comme Davide Valsecchi remporté le championnat du GP2. Et le dernier vainqueur en date (2013), méritait ainsi pleinement son titre après 2 premières saisons concluantes.  La prochaine étape et la plus logique étant la Formule 1, on aurait fort souhaité le voir si ce n’est en tant que titulaire au moins en tant que pilote d’essai dans une des onze écuries.

Fabio, pilote talentueux et ayant la chance de pouvoir compter sur un mécène généreux, a pourtant frappé aux portes de plusieurs écuries dont Sauber (offre de 14 millions faite à Peter Sauber), mais rien n’y a fait. Ni son talent ni son argent n’ont semblé intéresser les différentes équipes. Dommage pour le jeune Suisse et on ne peut d’ailleurs que regretter que Sauber lui ait préféré le Néerlandais Diego van der Garde et son sponsor McGrecgor.
Et voici peut être d’ailleurs bien le seul défaut de Fabio Leimer : il est Suisse, n’est donc pas assez attractif. Il n’a aucun soutien ou aide de son pays ou d’un constructeur.
Espérons qu’il parvienne toutefois à retenter sa chance en cours de saison auprès de Caterham ou Marussia ou pour 2015. En attendant il devra se battre pour une place dans une autre catégorie, et pourquoi pas en DTM?

630_420_a8ac47c5d07783c141117d29.jpg

Verdict:
Son cas illustre bien le problème actuel entre la F1 et le GP2. On se demande donc bien à quoi sert de briller dans cette catégorie, si on n’obtient ensuite pas sa chance en Formule 1. Souhaitons donc pour lui qu’il obtienne plus qu'un jour de test comme ce fut le cas voici deux mois avec Lotus F1 ou mieux encore une vraie chance en tant que pilote d’essais. Car dans le cas contraire on pourra véritablement parler d’un talent gâché. Nous le suivrons encore attentivement et qui sait, peut-être aurons-nous la chance de l’interviewer un peu plus tard en cours de saison.

 

15:12 Publié dans F1, Formule 1, Loisirs, Médias, Sports | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | |

Commentaires

Depuis plusieurs années je pense que la FIA et la FOM devraient favoriser l'arrivée en F1 du champion GP2 en titre. Comment ?

Soit en finançant ça première saison dans une écurie de fond de grille, soit en le faisant rouler lors des essais libres 1 dans une F1 de la saison passé.

Écrit par : bosco | 18/08/2014

Merci pour votre message.
Oui en effet, il faudrait trouver une meilleure récompense pour le champion de GP2. Cela donnerait ainsi également non seulement plus de valeur au titre de champion mais aussi à tout le championnat, avec un enjeu réel. L’idée ultime serait de pourquoi pas mettre en place une équipe sponsorisée par un partenaire de la FIA (UBS, Rolex, DHL…) et faire rouler le champion avec un autre pilote émérite…
Mais l’idée semble bien difficile à réaliser…

Écrit par : ludo | 19/08/2014

Les commentaires sont fermés.